Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a appelé, hier mardi, depuis la wilaya de Msila, les imams à l’utilisation  massive des réseaux sociaux pour encadrer les jeunes et faire face aux publications préjudiciables au référent religieux national.

Le but d’un tel appel est, selon le ministre en charge du département des Affaires religieuses, de «consolider le lien avec les jeunes, transmettre les messages de la mosquée conformément aux références religieuses nationales et de lutter contre le phénomène sectaire». Le même responsable a ajouté que la création de 42 000 comptes sur Facebook, Twitter et Instagram permettra aux imams de s’imposer comme un «outil de pression» pour demander aux administrateurs de ces réseaux sociaux de supprimer toutes les publications portant atteinte à l’islam.

Cependant, M. Aïssa a tenu à rassurer que la défense du référent religieux national ne peut se faire au détriment de la liberté d’expression et la liberté de conscience. «L’État veille à ce que ces droits consacrés par la Constitution soient appliqués dans les règles, pour ne pas semer la pagaille», a-t-il souligné.

Massi M.