Le directeur général des travaux publics de la wilaya d’Alger s’est exprimé, ce dimanche, pour livrer sa version concernant l’affaissement sur la rocade Sud, au niveau de Ben Aknoun. Selon lui, cet incident aurait pu arriver partout dans le monde et la responsabilité ne peut être imputée à une partie ou à une autre.

Intervenant, ce dimanche matin, sur les ondes de la radio nationale, le DG des travaux publics a tenu un langage très prudent en évoquant l’incident de l’affaissement de la chaussée sur la rocade Sud dans la soirée de vendredi.

C’est la même thèse défendue par le ministre des Travaux publics et le wali d’Alger qui a été réitéré par le DG des travaux publics. Selon lui, «on a tendance à évoquer ce qui est arrivé au Japon, mais cet incident aurait pu arriver partout dans le monde», a-t-il affirmé.

Expliquant les causes de cet effondrement, le responsable a été catégorique sur le fait que cet incident «n’est absolument pas lié à une dégradation de la voie routière, mais à une rupture dans le sous-sol d’une importante canalisation hydraulique ».

Boualem Chetibi a également expliqué que les précipitations qu’a connu la capitale ces derniers temps ont concouru à cet affaissement et à la formation de cette excavation.

Massi M.

Article précédentCrise/ Amara Benyounès trouve le gouvernement peu courageux
Article suivantAlger/ La Rocade Sud rouverte à la circulation