hadj Le rituel du hadj sera maintenu cette année sans mesures exceptionnelles malgré la menace de la contamination par le virus de la grippe porcine.

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière annonce le renforcement des mesures préventives durant la campagne «Omra» conformément aux recommandations de la conférence du Caire. Une équipe médicale va accompagner les futurs pèlerins durant leur séjour dans les Lieux Saints avec pour mission la détection précoce des premiers symptômes de la grippe porcine.

Le ministère veut également élever cette année le nombre des membres de la délégation médicale durant la saison du hadj 2009 pour parer au risque de contamination de nos pèlerins. Concernant les personnes âgées de plus de 65 ans, ils pourront accomplir le rituel du hadj puisque l’Algérie a décidé d’ignorer certaines résolutions de la conférence du Caire contrairement à d’autres pays arabes comme la Tunisie qui a suspendu cette année la campagne de la Omra. Seules les femmes enceintes, les personnes âgées, les enfants âgés de 12 ans et les personnes atteintes de maladies chroniques sont interdits cette année de se rendre aux Lieux Saints.

Il s’agit en fait de catégories très exposées à la contamination par le virus A/H1N1. Les agences de voyages ont été instruites de rejeter les dossiers de ces catégories de personnes. La saison hadj 2009 ne connaitra pas ainsi des mesures exceptionnelles.
D’ailleurs, le directeur général de l’Office national du hadj et de la Omra (OHO), Cheikh Barbara, avait tout simplement balayé les mises en garde de l’OMS et des ministres arabes de la Santé.

Dans un entretien à un journal électronique saoudien, il a affirmé ne pas prêter attention aux conclusions de cette conférence à laquelle l’Algérie a pourtant participé. «L’Algérie n’est pas concernée par les recommandations des ministres de la Santé des pays musulmans sous l’égide de l’OMS sur les incidences de la grippe porcine sur le hadj», a-t-il signalé. La conférence du Caire a décidé l’interdiction du pèlerinage à toute personne dont l’âge est inférieur à 12 ans et supérieur à 65 ans.

L’Organisation mondiale de la santé qui n’a aucun pouvoir coercitif a tout de même précisé que cette recommandation devait être ratifiée par tous les pays concernés pour qu’elle ait un caractère exécutoire. Il semble donc que l’Algérie va ignorer certaines de ces recommandations jugées exceptionnelles. Au moins la moitié des 36.000 candidats algériens au hadj se recrute parmi le troisième âge. «L’âge de la majorité des futurs hadjis algériens dépasse les 60 ans. Cela pourrait priver des milliers d’Algériens d’aller à La Mecque, ce serait injuste d’autant que beaucoup sont dans un bon état de santé». Parmi les raisons évoquées pour justifier cette position de l’Algérie est que les personnes âgées sont immunisées contre la grippe porcine. Le virus de la grippe porcine est déjà apparu dans le monde par le passé, dans les années 40 notamment. Les praticiens de la santé ont prouvé qu’au contact de ce virus, les personnes âgées développent automatiquement un système immunitaire.

R.T.
Avec Le Financier

Article précédentBP investit 2 milliards de dollars en cinq ans en Algérie
Article suivantAccident industriel au complexe Fritiyal d’Annaba : Une catastrophe quasi-certaine évitée de justesse