Une candidate à un poste d’agent de saisie à l’agence de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) d’El Bayadh se dit victime de propos discriminatoires, racistes et humiliants de la part de trois membres de la commission d’embauche lors de son entretien le 4 de ce mois.

« Pour m’être exprimée en français et avoir porté le foulard de mes origines berbères, trois Arabes se sont attaqués à moi en usant de termes discriminatoires et racistes », dénonce la concernée, Mme Zouhra Bouras. « Dès que j’ai ouvert ma bouche en français et à la vue de mon foulard berbère, le premier d’entre eux s’en est pris à moi en m’intimant l’ordre de parler en arabe car, a-t-il dit, ‘nous sommes Arabes’ avant de me comparer à Saddam Hussein. Le deuxième était assis dans une position irrespectueuse et fumait à l’intérieur de la salle et il s’est permis de me traiter de ‘non éduquée’ parce que je mâchais du chewing-gum. Le troisième est allé plus loin en me demandant: ‘Où étais-tu pendant tout ce temps? Tu as dépassé l’âge de la retraite’ « , témoigne la quadragénaire, indignée, tout en affirmant n’avoir jamais cessé de postuler à des postes d’emploi depuis le début des années 1990, mais en vain.

Quoique l’entretien a été concluant, puisqu’elle a en fin de compte été retenue, l’ancienne militante du FFS, militante de la LADDH, membre du Forum de la jeunesse africaine pour le dialogue et la paix, présidente de l’observatoire africain des droits de l’Homme et membre fondatrice de l’UDS de Karim Tabbou (en voie de constitution) estime que « pour se faire recruter en Algérie, il faut accepter de se faire d’abord humilier ».

A souligner que nous avons pu joindre au téléphone le président de ladite commission après être passés par le standard et le secrétariat de l’agence sus-citée, mais il a refusé de s’exprimer au téléphone, en nous invitant à nous rendre dans son bureau, à El Bayadh.

Article précédentMaltraitance/ 86% des enfants Algériens subissent des violences
Article suivantBAC 2015/La 3G ne sera pas suspendue dans les centres d’examens