Plume et encrier enquête

Le prix Ali Boudoukha lancé par nos confrères de Maghreb Emergent récompensera la meilleure enquête publiée par un média algérien.

Comment redonner ses lettres de noblesse au journalisme d’investigation ? La réponse tient en trois mots pour nos confrères de Maghreb Emergent : le prix Ali Boudoukha.

Lancée le 2 octobre dernier, la première édition du concours est ouverte à la presse écrite et électronique. Le jury, présidé par le grand professionnel de radio Lotfi Madani, récompensera la meilleure enquête publiée après le 1er décembre 2012 par un média algérien et signée d’un journaliste professionnel.

Aux prémices du prix Ali Boudoukha, un constat : l’investigation en Algérie souffre des accointances de certains médias avec des factions du pouvoir. Ainsi, Maghreb Emergent fait valoir que « l’enquête de presse a besoin d’être encouragé dans un pays où la majorité des révélations sont le fait de fuites organisées par les services de sécurité ou par l’appareil de la justice ».

Pour cette première édition, le champ de l’investigation est ouvert. Ce peut être un article sur les affaires de corruption, coulisses politiques, vie des collectivités locales, portrait fouillé de personnalité, scandales cachés, atteintes à l’environnement, mœurs sociales, transactions financières, business du football, flux migratoires, réseaux d’influences, conflits sociaux, enjeux syndicaux et associatifs, enquêtes judiciaires, situations de guerre à l’international.

Le nom des lauréats sera révélé à la mi-novembre 2013. Ils se verront remettre une somme en dinars, dont le montant n’a pour l’heure pas été précisé. La cérémonie de remises des prix se tiendra quant à elle avant la fin de l’année. Pour l’heure, le comité d’organisation attend les articles sur investigation@maghrebemergent.info.

Ali Boudoukha, co-fondateur du site d’information Maghreb Emergent, est décédé le 9 novembre 2011 des suites d’une longue maladie.