L’Algérie aura bientôt son train à grande vitesse (TGV). Les autorités en charge du secteur du transport ferroviaire ont entamé les études pour la réalisation d’un train à grande vitesse qui relie l’Algérie d’Est en Ouest.

 « Ces études vont déterminer le passage du TGV, soit à côté de la ligne ferroviaire actuelle ou bien en parallèle mais un peu loin », a indiqué à l’APS Azeddine Fridi, Directeur général de l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires l’ANESRIF. Dans le domaine du chemin de fer, quelque 700 km sont actuellement en cours de réalisation, pour finaliser l’ensemble de ce projet conçu pour désenclaver les villes des hauts plateaux et favoriser une meilleure exploitation économique de la région, a précisé M. Fridi, selon toujours la même source. « Nous avons très bien avancé dans les travaux de réalisation des tronçons restant, allant de M’sila vers Sidi Bel Abbas via Tissemsilet, Tiaret et Saida. Et nous sommes même en train de poser les voies sur certains tronçons », a-t-il encore affirmé.

D’autres projets ferroviaires sont également programmés dans le sud du pays sur une distance de près de 3.400 km afin de désenclaver des villes limitrophes aux champs pétroliers et gaziers, trop longtemps dépendantes de la route. Il s’agit principalement des lignes « Ouargla-Ghardaia- Aghouat-Hassi Messoud » (425 km), « Ghardaia-Mniaa-Adrar-Sidi Bel Abbas-Bechar », « Mniaa-Ain Saleh » et « Bechar-Tindouf-Ghar jbilet », actuellement en étude, outre la ligne « Aghouat-Djelfa » en cours de réalisation. A moyen terme, le secteur des transports vise ainsi à atteindre à
moyen terme 12.500 km de lignes de chemin de fer contre près de 4.500 km actuellement, dont 6.000 km sont en cours de réalisation, selon la
même source. L’Etat a mobilisé près de 18 milliards de dollars pour le développement des chemins de fer dans le pays.

Essaïd Wakli

Article précédentOn a testé : Le Comptoir à Hydra
Article suivantAmara Benyounès : « C’est pas Facebook qui va voter »