L’opérateur public, le Touring Voyage Algérie (TVA) était trop ambitieux pour le déplacement de milliers de personnes vers le Brésil ? A peine arrivés, les supporters algériens ont dû faire face à quelques imprévus et négligences de l’agence.

Certains supporters des Verts qui se sont déplacés au Brésil pour suivre les matchs de l’équipe nationale ont rencontré dès leur arrivée d’énormes problèmes. Première (mauvaise) surprise, de nombreux supporters ont appris qu’ils n’existaient pas dans les fichiers des hôtels où ils étaient censés être logés. Des chambres réservées et payées à l’avance puisqu’ils se sont acquittés de la somme de 35 ou 45 millions de centimes, selon la formule, il y a plusieurs semaines déjà.  C’est le cas de quelques jeunes rencontrés devant l’hôtel Ramada à Belo Horizonte, au Brésil. «Nous sommes arrivés vers 13 heures [heure brésilienne NDLR]. Maintenant il est 21 heures passées et nous attendons toujours. Pourtant j’ai payé la somme de 45 millions pour un hôtel 4 étoiles. Ils n’ont pas le droit de nous faire ça. Le pire est qu’on a retrouvé aucun organisateur», explique un jeune homme venu de Annaba.

Du côté du Touring, on renvoie la responsabilité à son partenaire local, un tour operateur français qui exerce au Brésil. Selon des explications données sur place, cet imbroglio est lié au fait que les fichiers des supporters algériens qui ont fait le déplacement au Brésil n’ont pas été mis à jour. Beaucoup de personnes avaient déjà réservées des places pour finalement se désister par la suite. Initialement le Touring, avait averti ses clients qu’il ne les rembourserait pas en cas de désistement, pour finalement leur rendre leur argent. Seulement, les noms des nouveaux inscrits n’ont pas apparemment été transférés au partenaire brésilien et aux hôtels. Une étape qu’aurait dû faire TVA.

L’autre problème auquel ont dû faire face de nombreux supporters est  le retard du Touring dans la remise des billets d’avion et de la réservation aux supporters afin qu’ils puissent faire le change, par le biais d’une allocation touristique spécifique. Cette dernière, initiée par l’Etat, avait comme dernier délai le 13 juin. Certains supporters n’ont pu récupérer les documents nécessaires que le 12, la veille de leur départ. De plus, des erreurs de transcription des noms s’étaient glissées dans les documents. Ce qui a forcé les personnes concernées à se déplacer vers le siège du TVA afin d’apporter les rectifications nécessaires, afin que les banques leur délivre les 2500 euros. «Ils savent bien que les banques ne remettent pas la devise sur place, mais qu’elle nous renvoie vers les agences qui disposent des sommes nécessaires. Et pourtant, le Touring ne nous a remis le billet d’avion et la réservation que le mercredi 12 juin», se plaint un supporter rencontré à Belo Horizonte. Le Touring Voyage peut-il organiser des opérations qu’il ne parvient pas gérer par la suite ?

Les hauts responsables auraient dû de meilleures dispositions, et exiger plus de rigueur auprès de TVA qui a la lourde responsabilité d’organiser un déplacement de telle envergure. Déjà en 2009, TVA avait dû gérer une crise à cause d’une mauvaise après le déplacement vers le Soudan, à l’occasion du match barrage qualificatif pour le Mondial face à l’Egypte, plusieurs personnes ont été atteintes de fièvre porcine. Leur déplacement avait également été organisé en très peu de temps, par conséquent, la majorité des supporters transportés n’avaient pas été vaccinés contre la fièvre jaune. Le «Lariam», médicament préventif contre le paludisme (Malaria) leur a été remis en montant dans les avions, alors que celui-ci devrait être pris une semaine à dix jours avant le voyage. Et l’année dernière, après le déplacement vers le Burkina Faso, plusieurs personnes sont revenues atteintes de paludisme. Il y a eu même quelques décès dont un employé de la Télévision nationale. Le TVA ne devrait pas «jouer» avec la vie et la dignité des algériens.

Elyas Nour