Nawel Behih, une algérienne chercheuse à l’université de McMaster, au Canada, s’est distinguée par une invention révolutionnaire. Elle  a mis au point un appareil permettant de détecter un risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) durant le sommeil.

Cette étudiante et chercheuse à l’université McMaster au Canada est en passe de provoquer une révolution dans le domaine du traitement préventif contre les accidents vasculaires cérébral (AVC). Cette prouesse technologique est actuellement développée par son entreprise «Healthcare Innovation in Neurotechnology» ou HINT, dans le cadre d’un partenariat avec l’université McMaster.  Elle consiste en un un dispositif électronique portable dont la fonction première est d’alerter les patients à risque ainsi que le personnel soignant de l’apparition de signes annonciateurs d’AVC pendant le sommeil.

L’invention de cette jeune ingénieure constitue une véritable révolution dans la mesure ou les répercussions d’une telle invention portent sur un allongement de l’espérance de vie chez les malades atteints de pathologies circulatoires, une sauvegarde de l’intégrité phtisique des ces mêmes patients et ce, en minimisant les risques d’invalidité, mais également la réduction des coûts de prises en charge des cas d’AVC dont les charges sont conséquentes pour les organismes compétents.

Interrogée en marge d’une cérémonie où elle a été primée, la scientifique a partagé son sentiment de plénitude et de satisfaction qui a pu se concrétiser, dit-elle, grâce à une prise en charge efficace des autorités canadiennes et l’université McMaster. «J’aime l’atmosphère», a-t-elle déclaré, ajoutant que «cette atmosphère était propice pour le travail et l’épanouissement. Ça me donne envie de faire plus», a-t-elle ajouté.

Massi M.

 

Article précédentFinances/1,5 milliards de dollars récoltées en une journée par le FCE
Article suivantAffaires délictueuses/ Les élus présumés impliqués ne seront plus suspendus