Au Maroc, Abdelaziz Bouteflika a été une nouvelle fois caricaturé et moqué dans un dessin animé. Cette fois-ci, le Chef de l’Etat a été attaqué par ce cartoon diffusé par les médias marocains pour sa relation avec le président égyptien, Al-Sissi. 

Pour répondre aux attaques et offensives déclenchées par les médias égyptiens qui se sont montrés très hostiles vis-à-vis du Maroc ces derniers temps, un dessin animé marocain, diffusé par le média marocain Hespress, se moque du président égyptien Abdelfateh Sissi et du président algérien Bouteflika en les comparant à des dictateurs qui gouvernent leurs pays en toute illégitimité.

 « Avec tous les problèmes politiques, sociaux et économiques que vivent les égyptiens, leurs chaînes de télévision trouvent le moyen de mener une véritable guerre médiatique très hostile contre le Maroc »,  a dénoncé ce dessin animé marocain en ciblant les médias proches du nouveau pouvoir égyptien et qui avait ciblé le Maroc avec une violence inédite ces derniers jours.

Entre les deux pays, le torchon brûle et la guerre est déclarée. D’ailleurs, ce dessin animé satirique dévoile au grand jour les tensions entre l’Egypte et le Maroc qui ne sont plus souterraines, mais déclarées ouvertement. Ce dessin animé va plus loin en se moquant des nouvelles relations égyptiennes développées dans la région du Maghreb et plus particulièrement avec l’Algérie. En effet, ce dessin animé satirique caricature la relation entre un « Bouteflika malade », qui se traîne sur un fauteuil roulant, et Abdel Fattah al-Sissi, le président égyptien caricaturé comme un «dictateur» fier de sa tenue militaire et de ses relations avec Israël. Rappelons enfin que le 30 novembre dernier, un autre dessin animé marocain avait tourné en dérision l’état de santé d’Abdelaziz Bouteflika et sa réélection pour un 4e mandat consécutif.  Ce qui a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux en Algérie.

Nourhane. S. 

Article précédentA In Salah, le Wali de Tamanrasset échoue à calmer la colère des manifestants anti-gaz de schiste
Article suivantCharlie Hebdo : Morts de « rire »