Le premier ministre libyen Ali Zeidan a été victime d’un enlèvement jeudi 10 octobre à l’aube par un commando armé et a été « conduit vers une destination inconnue », a annoncé le gouvernement.

La sécurité en Libye est plus que jamais précaire. Cinq jours après la capture à Tripoli d’un chef présumé d’Al-Qaïda, Abou Anas al-Libi, par un commando des services spéciaux américains, le Premier ministre de la Libye a disparu. Ali Zeidan a été enlevé ce jeudi à l’aube dans l’hôtel Corinthia où il réside par un groupe armé et « conduit vers une destination inconnue pour des raisons inconnues par un groupe d’hommes qui seraient des ex-rebelles », a annoncé le gouvernement dans un bref communiqué publié sur son site internet. « Nous n’avons rien compris à ce qui passait », a témoigné à l’AFP un employé de l’hôtel.

Existe-t-il un lien entre l’enlèvement du Premier ministre libyen et la capture d’Abou Anas al-Libi ? Difficile de se prononcer pour le moment. Le gouvernement « soupçonne » deux groupes d’ex-rebelles, la « Chambres des révolutionnaires de Libye » et la « Brigade de lutte contre le crime » d’être derrière l’enlèvement du chef du gouvernement de Libye.