Tous les fonctionnaires du ministère des Affaires Religieuses, à commencer par les imams, sont formellement interdit de pratiquer la roqia à l’intérieur des mosquées, écoles coraniques ou tout autre lieu affilié au département.

La tutelle promet même des sanctions à l’endroit des contrevenants. La note ministériel, portant le numéro 410 et datée du 3 avril dernier, dont le quotidien « El Khabar » en a fait écho, insiste sur la nécessité de lutter contre toute velléité de profiter de la détresse des plus vulnérables à des fins mercantiles.

Le ministère évoque, dans sa note, explicitement les personnes atteintes psychologiquement, qui sont des proies faciles, et qui ferait mieux de s’orienter vers les spécialistes avérés au lieu de se nourrir de faux espoirs auprès de quelques « charlatans ». Le département de Mohamed Aïssa cite même une déclaration de la commission des fetwas qui estiment que le traitement d’une personne atteinte psychologiquement nécessite avant tout une prise de conscience et un effort du malade lui-même.

Aucun paramètre « extérieur » ne peut guérir une telle pathologie, même si c’est la roqia, estime-t-on dans cette fetwa, ajoute le ministère. Pour finir, le département des Affaires Religieuses menace les contrevents de sanctions administratives et même pénales dans le cas où ces pratiques sont constatées. La tutelle signale que cette instruction fait suite à des plaintes enregistrées ces derniers temps au niveau de plusieurs directions wilayales.

Elyas Nour

Affaires religieuses/Mohamed Aïssa part en guerre contre la « roqia »
4.7 (93.33%) 3 votes