La Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) a exprimé sa préoccupation concernant le phénomène de l’expulsion de ressortissants algériens du territoire de l’Union européenne qui a atteint, fin 2015, environ 8000 personnes.

Ce chiffre considérable a été avancé par le directeur de la Police de l’air et des frontières à la Direction générale de la Sûreté nationale, Goucem Hamid, qui a fixé le nombre exact de ces ressortissants chassés des frontières du territoire de l’Union à 7835 personnes.

« Ces chiffres inquiétants traduisant un certain acharnement des autorités européennes sur nos ressortissants, indique la LADDH. « Scandaleux », estime Houari Kaddour, secrétaire national chargé des dossiers spécialisés de la LADDH, ajoutant: « Les ressortissants algériens sont sujet à des traitements inhumains de la part des services de sécurité européens qui les malmènent avant de les embarquer sur des avions pour les déporter vers l’Algérie et ce, au vu et au su des autorités algériennes qui cautionnent par leur silence, ces transgression dont font l’objet leur ressortissants « alors que l’expulsion d’un trafiquant européen du territoire algérien a suscité l’indignation ».

La LADDH dénonce également le fait que les ressortissants algériens deviennent « un fonds de commerce pour les politiciens français qui exploitent ce filon pour séduire l’électorat de droite« .

Massi Mansour

Article précédentVidéo. Adoption du projet de révision constitutionnelle/ Le député « spécifique » affirme avoir fait l’objet de menaces
Article suivantDroits fondamentax/ L’Algérie une nouvelle fois épinglée