Le département d’Etat a souligné que les statuts du respect des libertés religieuses s’étaient améliorés en Algérie en 2010 et que des changements positifs avaient été enregistrés dans le traitement des minorités religieuses. Dans son rapport mondial annuel sur les libertés religieuses, le département d’Etat souligne tout d’abord que la Constitution algérienne prévoit la liberté de croyance et d’opinion et permet aux citoyens de créer des institutions dont les objectifs comprennent la protection des libertés fondamentales du citoyen. Présenté mercredi par la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, au cours d’une conférence de presse, ce rapport mondial note dans sa partie consacrée à l’Algérie que la Constitution algérienne proclame que l’islam est la religion d’Etat, mais que d’autres lois et règlements permettent aux non-musulmans la liberté de pratiquer leur religion dans la mesure où elle est en harmonie avec l’ordre public, la moralité et le respect des droits et des libertés fondamentales d’autrui, tout en précisant qu’en général, la société algérienne tolère les étrangers qui pratiquent d’autres religions que l’islam.

APS

Notez cet article