Des milliers de chômeurs manifestent à Laghouat et réclament le droit au travail

0
136

Les chômeurs ont investi une nouvelle fois la rue. Cette fois-ci, c’est à Laghouat, une ville située à plus de 400 Km au sud d’Alger, que des milliers de chômeurs ont tenu, samedi matin, un grand rassemblement pour réclamer leur droit au travail. Réunis sur la Place de la Résistance, située en plein centre ville, des milliers de chômeurs ont crié leur colère et ont dénoncé les inégalités sociales dont ils sont victimes pour la simple raison « qu’ils sont originaires du sud » !

Le régionalisme et le traitement privilégié accordé par les autorités algériennes aux régions du nord au détriment de celles du sud exaspèrent les chômeurs de Laghouat qui ne comprennent plus pourquoi ils ne sont pas traités comme des Algériens à part entière. Sur la Place de la Résistance, ils ont scandé leur attachement à l’unité nationale pour prouver qu’ils ne manquent pas de patriotisme comme le laissent entendre certains politiciens à Alger. « Les manifestants ont réclamé un développement socio-économique équitable et une prise en charge de leurs préoccupations », nous confie un responsable du bureau de Laghouat de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH). Selon notre source, les jeunes manifestants, venus en grand nombre, ont réclamé aussi la construction d’un centre hospitalier universitaire pour soigner les malades de Laghouat qui sont abandonnés à leur sort à cause des déficiences du secteur sanitaire de leur région.

Les chômeurs ont demandé également la libération d’un jeune handicapé de Laghouat qui a été mis en détention à cause d’un différend qui l’oppose à la Police locale. Selon les chômeurs, ce citoyen infirme est accusé d’avoir agressé un policier alors qu’il est un handicapé qui peut à peine se prendre en charge. Soulignons enfin qu’aucun affrontement n’a été signalé depuis le début de ce grand rassemblement vers 8 H 30 du matin. Les forces de sécurité, déployées en grand nombre, se sont contentées de surveiller les manifestants et n’ont nullement tenté de les disperser.