Les citoyens ont vite déchanté. A quelques minutes du lancement du site Internet dédié aux inscriptions des nouveaux programmes AADL, l’erreur «404 not found» a accueilli les milliers d’internautes qui se sont préparés tôt le matin pour s’inscrire.

L’opération avait fait le Buzz sur internet, notamment sur les réseaux sociaux. Mais hier matin, ce fut le Bug. En effet, l’opération d’inscription via Internet au nouveau programme de logements de type location-vente, ouvert hier matin, a été entachée par plusieurs blocages et lenteurs dus essentiellement à la saturation du site mis à la disposition des postulants.

Dés les premières heures du matin, un bon nombre de cybercafés ont ouvert leurs portes pour accueillir les longues files de candidats à l’acquisition de ce type de logement venus s’inscrire à travers le site mis en place par l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL) qui pilote le programme relancé après près d’une décennie d’arrêt.

L’AADL qui a recouru à la solution électronique pour éviter aux souscripteurs les désagréments liés aux déplacements au siège de l’Agence et les problèmes des files d’attente avec la présence d’un grand nombre de personnes sur place, doit désormais faire face à un autre type de désagrément lié à la saturation du site en raison du nombre important de sollicitations.

Ainsi, dés l’ouverture du site à 8 heures du matin, les pépins techniques commencent à se faire remarqués, selon les dires des gérants de cybercafés et même certains postulants qui disposent de connexion Internet au niveau de leurs foyers.

«Le problème ne concerne pas le débit ou la qualité de connexion d’une manière globale, mais il s’agit de la grande pression que subit le site» mis en place par l’AADL, explique à l’APS, Mehdi, gérant d’un cybercafé à Dar El Beida. Il s’agit, d’ailleurs, du même constat pour d’autres gérants rencontrés à Birtouta, Ruisseau et Hussein Dey.

Certaines des cases ou rubriques du formulaire à remplir sur le site demeurent, en outre, difficiles à remplir voire complètement inaccessibles à l’image des cases du revenu ou de la commune de résidence, se lamente, de son côté, Kamel, cadre dans une compagnie publique.

La même difficulté a été rencontrée par plusieurs autres candidats qui ont choisi la page officielle de l’AADL sur les réseaux sociaux tel que Facebook.

Site lent ou inaccessible, échec dans l’envoi des informations, téléchargement impossible de la déclaration sur l’honneur ou l’accusé de réception ou encore blocage complet après l’accès au formulaire, sont autant de problèmes rencontrés par les souscripteurs lors de leur accès au site «inscription.aadl.dz».

Lire la suite sur Le Financier