Lu sur Le Courrier d’Algérie

Nous l’annoncions depuis des mois dans nos colonnes : le secteur industriel connaît un boom extraordinaire qui lui permet de rattraper et de distancer le BTPH (Bâtiments, Travaux Publics et Hydraulique), longtemps considéré comme clef de voûte du développement local.

Advertisement

Et preuve à l’appui, nous montrions comment ce miracle économique a pu s’opérer dans une wilaya, longtemps considérée comme agricole, et longtemps confrontée à des conditions de sécurité défavorables qui avaient retardé considérablement son développement. Ces chiffres, pris auprès de l’ANDI qui vient de se doter d’un guichet unique pour faciliter les formalités administratives pour les investisseurs, parlent d’eux-mêmes : le secteur industriel en est à 78 projets générant 7 800 emplois, alors que le BTPH reste loin, derrière avec 73 projets créant juste 940 emplois ! Au risque de nous répéter, il nous faut, cependant, souligner la volonté affichée de la wilaya de se doter d’une véritable industrie capable de rivaliser en la matière avec les wilayas les plus développées industriellement parlant. Cette volonté s’est déjà affirmer lors d’une journée d’étude, où il a été prouver que, quoi qu’au stade de son développement, le secteur industriel détient 48% des activités économiques devant le BTPH qui n’en est qu’à 14%. Ces activités se développent dans trois branches de l’industrie : l’agroalimentaire, pour demeurer dans le registre agricole, l’électroménager, car le marché profite de l’engouement des ménages pour les nouvelles technologies, et la mécanique. Or, et c’est là notre propos dans cet article, cette branche est en train d’inverser la donne en sa faveur, de la même manière que l’industrie a supplanté le BTPH, jadis, plaque tournante de l’économie locale ? En vérité, il s’agit d’une véritable révolution : la wilaya de Bouira va se lancer prochainement dans la construction automobile ! Une première. La nouvelle, nous la tenons du conseiller du P-DG de l’entreprise lui-même, Farid Mellak. Il a assisté, avant-hier, à la réception organisée par la wilaya à l’honneur des investisseurs. Il venait de recevoir son acte de concession pour l’implantation de son projet. Nous avons profité d’un moment où il était libre pour lui demander un entretien au pied levé. Son projet ? La construction d’une usine automobile dans la zone industrielle de Sidi Khaled, à une quinzaine de km au sud de Bouira. C’est un projet en partenariat avec la Chine. Le groupe s’appelle Arco Fina. Il est leader de l’automobile dans les marques Audi et BMW. Une usine de montage en somme, avons-nous tenu à savoir ? Non : une usine de fabrication et la voiture qui sortira de ses moules s’appelle Fiona. Il est prévu de fabriquer 50 000 véhicules par an. On se doute du bouleversement du marché automobile avec un nombre aussi impressionnant de produits qui arrivent chaque année sur le marché. Cette production, en plus de tailler des parts de marché à l’intérieur du pays, envisage déjà de lancer dans l’exportation et se poser en concurrente sur les marchés mondiaux. Au titre de la création de richesses et d’emplois, Arcofina va créer 1 000 postes directs et 10 000 postes indirects, selon notre interlocuteur. Pour l’heure, ce n’est qu’un projet en devenir. Et pour en savoir plus, il nous a donné rendez-vous dans les prochains mois. Ainsi, la wilaya de Bouira, grâce au groupe Fiona va se lancer dans l’industrie automobile et aura son propre véhicule sur le marché national et international. Souhaitons que Fiona réunisse toutes les qualités pour conquérir tous les cœurs et tous marchés.