Elles sont 15 personnes à avoir retiré, jusque là, le formulaire de souscription de signatures individuelles pour l’élection présidentielle du 17 avril prochain. Le chiffre a été avancé aujourd’hui par le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaiz, qui s’est refusé, toutefois, à dévoiler les noms de ces candidats.

«La remise de ces formulaires intervient sur présentation par le candidat d’une lettre adressée à M. le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, annonçant son intention de constituer un dossier de candidature à l’élection à la présidence de la République», avait-il déclaré.

Pour rappel, l’opération du retrait de ces formulaires a débuté le 18 janvier, au lendemain de la convocation du corps électoral. Les candidats dispose de 45 jours, donc, à partir de cette date (samedi 18 janvier) pour déposer leurs dossiers. Ces formulaires sont relatifs à l’exigence de collecter 600 signatures individuelles de membres élus d’assemblées populaires communales (APC), de wilayas (APW) ou parlementaires (APN) ou 60 000 signatures individuelles d’électeurs réparties, dans les deux cas, au moins à travers 25 wilayas. C’est l’étape la plus importante pour celui qui veut se porter candidat.

Les signatures, étape indispensable et éliminatoire à une candidature

En dehors des partis disposant d’une «assise populaire», pour qui collecter ce nombre de signature, que ce soit celles d’élus ou d’électeurs, n’est pas un problème, les autres candidats sont souvent bloqués à cause de cette disposition. Une difficulté que pourraient rencontrer les candidats indépendants ou avec de petits partis qui restent méconnus des Algériens, tels que Rachid Nekkaz, Ali Benouari,  Soufiane Djilali ou Yasmina Khadra. 

15 personnes sont donc pour l’heure candidates à l’élection présidentielle de 2014. Leur identité reste un mystère, mais on peut devenir qu’il s’agit principalement des candidats pré-déclarés. Or pour l’heure actuelle seuls 14 hommes se sont déclarés. Le dernier en date est l’ancien chef du gouvernement Ali Benflis qui  a annoncé se lancer dans la course à la présidentielle ce matin. Le président actuel, Abdelaziz Bouteflika, en revanche ne s’est pas encore prononcé, même si le premier responsable du FLN, Amar Saidani, affirme à chaque fois qu’il sera candidat à sa propre succession malgré la «fragilité» de son état de santé.

Alors qui est la 15e personne ?

Elyas Nour