Les appareils de chauffage défectueux font des ravages en Algérie et déciment des familles entières. Samedi dernier, à Mila, à l’est du pays,  les membres d’une famille entière ont été retrouvés morts,, à leur domicile suite à l’inhalation du monoxyde de carbonne.

Le père (32 ans), la mère (29 ans) et le nourrisson (2 mois) ont été retrouvés par des proches. Les premiers éléments de l’enquête ont évoqué  un apareil de chauffage de mauvaise qualité. Chaque hiver en Algérie, le dysfonctionnement d’appareils de chauffage, couplé à un manque d’aération, est à l’origine de fuites fatales de monoxyde de carbone. Ainsi,  la semaine passée, trois personnes sont décédées à Sétif pour les mêmes raisons. Là encore, c’est un chauffage d’appoint au gaz défectueux qui est mis en cause. La veille,  deux autres personne sont décédées  aussi à Souk Ahras, à l’extrême est du pays.

En somme, depuis le début de la saison froide, il n’y a pas un jour où les services de la protection civile ne font pas état de la blessure ou mort de citoyens à cause du monoxyde de carbonne. Et dans la majorité des cas, c’est un matériel défectueux, mais commercialisé le plus normalement possible par nos commerçants, qui en est la cause. C’est un véritable drame. Le matériel de mauvaise qualité s’ajoute à un certain «laisser aller» de la part des services de la Sonelgaz qui, quelque fois, procèdent à des bronchements alors que toutes les conditions de sécurité ne sont pas réunies. Mais le plus grave, bien évidement, demeure ces appareils de chauffage défectueux  qui sont commercialisés alors qu’ils ne répondent nullement aux normes de sécurité élémentaires.

Au mois de septembre dernier, les services de la Douane ont révélés que pas moins de 40 000 chauffages non conformes ont été saisis au port d’Alger parce qu’ils ne répondent pas aux normes requises. Ceux qui réussissent à passer entre les filets des douanes  sont beaucoup plus nombreux et encore plus dangereux. Le Centre nationale de contrôle de la qualité a révélé, pour sa part, qu’une grande partie du matériel éléctro-ménager commercialisé sur les marchés en Algérie ne répond pas aux normes internationales. A ce propos, la complicité est à différents niveaux.  Et le bilan va être certainement s’alourdir d’ici la fin de l’hiver. En 2012, les services de la protection civile ont recensé 397 décès. Il se pourrait que ce bilan macabre soit en hausse pour 2013.

Elyas Nour

Notez cet article