Le jeune rappeur, originaire d’Alger, Anes Tina a lancé un véritable pavé dans la mare en adressant sur YouTube une lettre au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Le jeune rappeur a dédié à Bouteflika une chanson où il lui rappelle tous les malheurs de la jeunesse algérienne. 

Une chanson qui se veut être une lettre ouverte au premier magistrat du pays. Au chef de l’Etat, le rappeur Anes Tina, âgé de 24 ans, ne lui fait guère une déclaration d’amour. Il lui témoigne néanmoins tout son respect. Tout en restant circonspect, Anes Tina a réussi la prouesse de critiquer sévèrement la politique des dirigeants algériens sans verser dans l’insulte ou la vindicte. « Le peuple en a ras-le-bol. Il en a marre de la corruption, du vol, de la cherté de la vie et de la hogra », dit-il texto dans cette chanson qui n’a pas manqué de suscité un énorme buzz sur la toile algérienne.

« L’argent de l’Etat est gaspillé dans les fêtes et les cérémonies de divertissement alors que nos jeunes, après des années d’études, sont déprimés et désespérés », dénonce encore ce rappeur dont les paroles ont obtenu le soutien de plus de 180 mille internautes algériens qui ont écouté et partagé cette chanson de rap sur les réseaux sociaux.

Une chanson qui déplore aussi amérement la « médiocrité » de nos gouvernants, la cupidité de « nos généraux » et l’absence de patriotisme de nos dirigeants dont la mauvaise gouvernance mène le pays vers l’abîme. « Monsieur le Président, je ne vous ai pas insulté. Je n’ai déshonoré aucune institution publique. J’ai juste voulu dire ce que j’avais dans le coeur », clame enfin Anes Tina lequel espère que le message de cette bouteille à la mer trouvera une oreille attentive à la Présidence de la République, située sur les hauteurs d’Alger à El Mouradia.