L’économie nationale opte pour le retour du crédit à la consommation. Cela interviendra probablement durant l’année prochaine. Le ministre du commerce, Mustapha Benbada, avait annoncé que la mesure sera notifiée dans la loi de fiance complémentaire 2014 ou loi de finance 2015.

Jusque là il était acquis que le crédit à la consommation ne concernera que la production locale, aujourd’hui, de plus en plus de détails sont révélés. Ainsi, la production nationale qui est concerné est celle dont le «taux d’intégration est égal ou supérieur à 40%». C’est ce qui a été proposé par le groupe de travail chargé de la protection et de la promotion de la production nationale, issu de la tripartite tenue en octobre dernier.

Lire aussi : 2014 : L’Algérie se laissera-t-elle tenter par le libéralisme ? Par Hassan HADDOUCHE 

«La liste de ces entreprises qui produisent ou assemblent des biens et/ou services destinés à la vente aux particuliers et dont le taux d’intégration quantifiable et appréciable est égal ou supérieur à 40% sera arrêtée par les  administrations, institutions et organisations compétentes», indique-t-on dans ce document dont des extraits ont été publiés par l’APS.

Par ailleurs, le même rapport précise que le montant du crédit ne pourrait dépasser 70% du prix du bien à acquérir. Concernant le montant plafond, le rapport signale que celui-ci sera «un multiple du montant du SNMG, portant sur une période allant de 3 mois à 60 mois selon l’objet à financer». Cela n’a pour l’instant pas encore été fixé. «La quotité mensuelle de remboursement ne devrait pas excéder 30% du revenu mensuel», ajoute-t-on. Le crédit à la consommation concernera ainsi exclusivement la production nationale.

Elyas Nour

Notez cet article