Ce n’est plus une polémique. Ce n’est plus une controverse. Non, c’est encore pire que tout cela. Une véritable sale guerre médiatique, pour l’heure uniquement, à laquelle se livre deux clans puissants du régime algérien. Une guerre où tout est permis. Tous les sales coups sont permis.

Et après les graves accusations d’Amar Saïdani contre le général Toufik, le patron du DRS, les révélations fracassantes de l’ancien ministre de la Justice, Mohamed Cherfi, l’arrestation musclée du général Hassan, un haut gradé du DRS, etc., voici maintenant qu’on s’attaque directement à la vie privée et sexualité du frère, et conseiller, du Président de la République, Saïd Bouteflika. En effet, un ancien gradé du DRS a porté de graves accusations à l’encontre de Saïd Bouteflika. Des propos véritablement injurieux qui portent atteinte à la dignité de la personne du frère du Président. Lisez et jugez-y.

Hichem Aboud, l’ex-officier des services secrets algériens, a adressé une lettre incendiaire à Said Bouteflika où il l’attaque, toute honte bue, au sujet de sa supposée « homosexualité ». Dans le cadre de son futur ouvrage intitulé L’Algérie des Bouteflika : vol, vice et corruption, cet ancien capitaine du DRS informe Saïd Bouteflika qu’il détient des informations sensibles concernant sa, soi-disant, vie dévergondée. « Le point le plus important dans votre portrait concerne votre homosexualité », dit clairement Hichem Aboud dans sa lettre en précisant qu’un témoin résidant au Québec lui a affirmé qu’il avait entretenu, lorsqu’il était collégien à l’école catholique de Saint Joseph à El-Biar, des relations sexuelles fréquentes avec Saïd Bouteflika. Hichem Aboud pousse l’outrecuidance jusqu’à’ révéler les lieux qui servaient de cachettes pour les ébats sexuelles de des jeunes garçons !

Hichem Aboud ne s’arrête pas là. Il continue d’enfoncer Saïd Bouteflika et le traîne dans la boue en l’accusation de corruption et de détournement de deniers publics. De graves accusations qui nécessiteront certainement que Hichem Aboud soit convoqué devant les tribunaux pour prouver tous ces faits. « S’agissant de la corruption, ils sont nombreux à témoigner que vous êtes impliqué dans les plus grosses affaires dont celle de Sonatrach, l’autoroute Est-Ouest, Philippe Morris et bien d’autres. C’est ce qui explique l’impunité dont jouissent les Chakib Khelil, Amar Ghoul et consorts. Vous seriez également impliqué dans l’affaire Khalifa et vous touchez sur les gros marchés, dont ceux des grands travaux routiers confiés à l’ETRHB dont vous avez fait du patron, Ali Haddad, un associé de facto qui vous verse plus de 50% de ses bénéfices », indique l’ancien officier du DRS dont la lettre a été publiée intégralement par notre confrère le quotidien en ligne Tout sur l’Algérie .

Hichem Aboud affirme également qu’il n’a nullement peur d’affronter Saïd Bouteflika devant les tribunaux. Il est même prêt à subir un procès que pourrait lui infliger le frère et conseiller du Président. « Je serai heureux de vous voir m’intenter un procès devant les tribunaux algériens ou français. Je ne pourrai pas souhaiter meilleure publicité à cet ouvrage », a-t-il dit.  Pour écrire son ouvrage pamphlétaire, Hichem Aboud explique qu’il a été « voir tout ceux qui ont connu Bouteflika et sa famille depuis son enfance jusqu’à maintenant. C’est un livre qui est fait sur la base des témoignages recueillis ». Avec ces nouvelles charges, la scandaleuse vie politique algérienne vire à la tragédie.

Et maintenant on s’attaque à l’homosexualité de Saïd Boutefika ! Mais où va l’Algérie ?
3.1 (62.5%) 8 votes