Regain de tension à la frontière algéro-marocaine. Lundi trés tard dans la soirée, le ministère de l’intérieur marocain a rendu public un communiqué où il porte de graves accusations contre l’armée algérienne. 

D’après ce communiqué repris par de nombreux médias marocains, des militaires algériens ont tiré à balles réelles contre un  poste de surveillance marocain située à Aït Jormane, tout près de Figuig.  « Des éléments de l’Armée Nationale Populaire Algérienne ont procédé, lundi vers 13h45, à des tirs en direction du poste de surveillance marocain Ait Jormane longeant le tracé frontalier entre le Maroc et l’Algérie », accuse textuellement le communiqué du ministère de l’Intérieur marocain lequel ne manque pas de préciser que « deux impacts de balles ont atteint le mur de ce poste ».

Pour l’heure, les autorités algériennes n’ont pas réagi à ces nouvelles accusations marocaines qui surviennent  le jour du 25e anniversaire de la signature du traité constitutif de l’union maghrébine. Ce nouvel incident est certainement un nouveau chapitre de la guerre froide qui oppose l’Algérie au Maroc depuis des décennies. Un conflit politique ouvert qui sépare deux peuples frères et bloque tout effort de bâtir une véritable Union Maghrebine efficace et efficiente.