Revue de presse. Les groupes du nord du Mali cherchent à accorder leurs violons pour Alger

0
100

Les mouvements politico-militaires du nord du Mali discutent depuis lundi 25 août à Ouagadougou pour tenter d’harmoniser leurs points de vue avant le deuxième round des discussions à Alger. Face à la coordination du trio MNLA, HCUA et MAA, il y aura la Coalition des peuples de l’Azawad, la CM-FPR (Coordination des Mouvements et Forces patriotiques de résistance) et l’autre branche du Mouvement arabe de l’Azawad.

Tous les premiers responsables des mouvements armés du nord du Mali participent à cette réunion de Ouagadougou. L’objectif est d’aplanir les divergences nées de la présence de certains groupes, dits « proches de Bamako » aux prochaines négociations à Alger. « Cette fois-ci, on a vraiment voulu tirer les choses au clair et leur donner une dernière chance et il n’est pas question que l’on revienne en trois parties soit avec le gouvernement malien, soit avec le mouvement de l’Azawad », insiste Mohamed Ramadane, chargé des relations extérieures du Mouvement arabe de l’Azawad :

Les discussions de Ouagadougou se veulent franches et directes. Elles doivent aboutir à une harmonisation des revendications et à la mise en place d’une commission commune de négociation.

« On va parler à cœur ouvert, de manière franche et sincère pour que nous voyons vraiment toutes les possibilités afin d’harmoniser les points de vue des uns et des autres pour faciliter les discussions à Alger, explique Mossa Ag Attaher, porte-parole du MNLA. Il n’y aura pas de tabou, il n’y aura pas de diplomatie. Nous allons parler entre frères et nous allons essayer ensemble d’harmoniser nos positions. »

Lire la suite sur RFI