En matière d’éducation et de santé, de petits pays africains dépourvus de ressources naturelles et financières, font beaucoup mieux que l’Algérie. Oui, on se soigne mieux et on étudie mieux, aux Seychelles, en Ile Maurice et au Cap Vert qu’en Algérie, le plus grand pays d’Afrique et ses pétrodollars. C’est la conclusion à laquelle a abouti le Forum économique mondial dans de son  rapport 2015 sur la compétitivité en Afrique

Sur les 144 pays concernés par ce rapport détaillé, une référence mondiale, l’Algérie occupe le 81e rang concernant la qualité des soins de santé et de l’éducation primaire. L’Algérie récolte le médiocre score de 5.6 dans ces secteurs névralgiques qui reflètent le niveau de développement économique et, par ricochet, de compétitivité d’un pays.

Si les pays voisins comme le Maroc, classé 76, et la Tunisie, classée 53, distancent l’Algérie, la surprise vient des petits pays dont la plupart sont méconnus à l’instar des Seychelles ou de l’Ile Maurice. Ces deux pays font nettement mieux en matière d’éducation et de santé nous apprend le rapport du Forum économique mondiale. L’Ile Maurice arrive au 42e rang mondial et les Seychelles décroche la 55e place. Certes, ces pays ont une population réduite, mais ils ne disposent non plus d‘aucune ressource naturelle stratégique comme le pétrole. Ils sont par ailleurs situés dans des zones géographiques peu propices au développement économique, à savoir dans l’océan indien.

Le Cap Vert, cet autre petit pays africain situé dans l’Atlantique, surclasse l’Algérie et se positionne à la 57e place. Avec une meilleure gouvernance et davantage d’investissements dans la ressource humaine, ces petits pays prouvent qu’on peut damer le pion à de grandes nations comme l’Algérie, dont les richesses naturelles n’ont pas impacté de manière significative les secteurs de l’Education et la Santé.