L’enseignement de tamazight est en voie d’être généralisé. En effet, la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a déclaré depuis Oran que « le tamazight est actuellement enseigné dans 21 wilayas du pays contre 11 wilayas durant l’année scolaire précédente ».

Mme Benghebrit se fixe ainsi comme objectif la généralisation de l’enseignement de tamazight à tout le territoire national. « Nous souhaitons que, progressivement, cette langue sera enseignée dans toutes les wilayas et, à terme, au niveau de  tous les établissements scolaires du pays », a-t-elle dit avant de rappeler que « la langue amazighe est partie intégrante du patrimoine du pays » et, par conséquent, « l’enseignement du tamazight doit être généralisé à tout le territoire national ».

La ministre de l’Education nationale souligne ainsi qu’ « avec les nouvelles promotions de professeurs de la langue, le tamazight  sera enseigné dans tous les établissements scolaires et ne sera pas seulement  le choix des parents d’élèves parlant cette langue, comme c’est le cas aujourd’hui ».

Concernant la polémique autour du coefficient donné à cette langue, Mme Benghebrit a rappelé qu’ « à l’école, le tamazight est une matière comme les autres. Les notes obtenues par l’élève, a-t-elle soutenu, seront prises en compte  dans le calcul de la moyenne ».

A souligner que l’enseignement de tamazight a connu un déclin significatif depuis quelques années, essentiellement en raison de son caractère facultatif, toujours en vigueur.

Essaïd Wakli