Les médecins algériens travaillent non seulement dans des conditions précaires, mais ils sont aussi victimes d’une insécurité de plus en plus alarmante. Mais, cette fois-ci, ce ne sont pas des délinquants qui viennent de l’extérieur de l’hôpital pour les agresser, mais un agent de sécurité de l’hôpital d’El Khroub, qui a sauvagement tabassé un praticien pour lui avoir uniquement demandé les clés de l’ambulance en l’absence du chauffeur.

L’échange verbal entre le médecin et l’agent de sécurité a vite tourné à l’altercation. Et celui qui est censé veiller sur la sécurité du personnel soignant, s’est saisi d’un bâton pour frapper violemment l’infortuné médecin, lui occasionnant des blessures lui ayantt valu un certificat d’incapacité de 15 jours, révèle le directeur de la santé de la wilaya de Constantine. Le médecin violenté a seulement voulu conduire l’ambulance pour sauver la vie d’un patient en danger. Au final, il s’est lui-même retrouvé avec le visage ensanglanté. Les faits se sont déroulés dans la nuit du 13 au 14 novembre dernier.

L’indélicat agent de sécurité a été placé en garde à vue dans et « sera incessamment déféré devant la justice », a promis le directeur de la Santé. De son côté, le ministère de la Santé a annoncé qu’une commission composée de 4 cadres centraux, a été dépêchée, mardi à Constantine, pour enquêter sur cette affaire avant de retourner le jour même à Alger. Choqués et bouleversés par cette violence inouïe, les médecins algériens se sentent plus que jamais méprisés dans leur propre pays.

Nourhane S. 

Notez cet article