La rédaction d’Algérie-Focus fait l’objet, depuis lundi soir, d’une véritable campagne de dénigrement dirigée par des pages Facebook affiliées à des chapelles politiques. A la suite d’un article où nous rapportons que le fils d’un ministre du gouvernement occupe depuis peu un luxueux logement de fonction, une superbe villa, au Club des Pins, une page Facebook réputée pour ses prises de position extrémistes, animée par des nostalgiques de l’ex-FIS et du GIA, 123 Viva l’Algérie pour ne pas la nommer, a lancé à l’encontre de notre rédacteur en chef, Abdou Semmar, des accusations diffamatoires contenant des propos attentatoires à sa vie privée et à son intégrité physique.

Dans les commentaires qui ont suivi cette publication haineuse, qui s’apparente à un appel au meurtre, des menaces de mort à peine voilées sont diffusées et assumées publiquement. Ce qui constitue une dangereuse dérive et une violation gravissime de la législation algérienne. Nous reproduisons ici les appels à la mort face auxquels les services de sécurité ne devraient pas rester indifférents.

menaces de mort

menaces 2

D’un autre côté, il est reproché à notre rédacteur en chef d’être inféodé au clan du ministre Abdesslam Bouchouareb. Une assertion farfelue et fantaisiste puisque nombreux sont nos articles qui critiquent sévèrement l’action de ce ministre. Il suffit de cliquer sur ce lien pour lire tous ces articles.

La diffamation ne s’arrête pas-là. Il est également reproché à Algérie-Focus de « rouler » pour le compte d’un opérateur de téléphonie mobile. Une autre affirmation fantaisiste et mensongère puisque dans nos espaces publicitaires, largement visibles sur notre site, il n’y a aucun encart de cet opérateur.

Nous ne sommes pas dupes. En vérité, l’objectif de cette campagne de dénigrement est très clair : empêcher Algérie-Focus d’enquêter sur les puissants dirigeants qui s’octroient des privilèges sur le dos du contribuable algérien. Il s’agit d’un chantage ignoble, sous-traité par une page Facebook non moins ignoble, auquel nous n’allons pas céder. Ces pressions et menaces ne réussiront pas à nous faire taire et nous nous engageons, devant nos lecteurs, à continuer notre travail de la manière la plus objective et professionnelle. Nul puissant, nul dirigeant, n’a le droit d’échapper au devoir d’informer. Algérie-Focus poursuivra son travail et ses enquêtes. Il entamera également des poursuites judiciaires à l’encontre des auteurs de cette campagne haineuse. N’en déplaise aux princes du moment et à leurs sous-traitants intégristes.

Algérie Focus