C’est une révélation qui fait froid dans le dos. Des enfants migrants algériens se retrouvent enfermés en ce moment dans des cellules avec des adultes en Grèce. 

Selon un rapport de l’organisation internationale Human Rights Watch (HRW), il y aurait des enfants algériens parmi les 3500 mineurs non accompagnés ont été enregistrés en Grèce depuis le début de 2016. «Je vous jure, je dors avec des rats», raconte Houari Z., 15 ans, un compatriote arrivé seul et qui croupit au centre de rétention d’Amygdaleza, à Athènes. Il fait partie des 42 migrants mineurs que Human Rights Watch (HRW) a rencontrés cet été, nous explique à ce sujet le média suisse 24 Heures.

Le jeune Houari est enfermé dans « des cellules surpeuplées, souvent insalubres, infestées de toutes sortes d’animaux, et parfois même pas équipées de matelas », confirme la même source.  En Grèce, les structures d’accueil spécialement conçues pour accueillir migrants mineurs ne comptent que 800 places. Les enfants algériens se retrouvent ainsi dans des situations très dangereuses. Et pour l’heure, on ignore encore le nombre précis des mineurs algériens bloqués dans des centres pour réfugiés en Grèce. La diplomatie algérienne n’a jamais fourni des informations précises à ce propos.