Le retrait du permis de conduire ne sera bientôt qu’un mauvais souvenir. Le dispositif n’a visiblement pas donné des résultats escomptés et les autorités comptent visiblement le remplacer par une nouvelle loi sur la prévention et la sécurité routière. C’est ce qu’a indiqué, mardi matin, Ahmed Naït-El Hocine, directeur du centre national de prévention et de sécurité routière sur les ondes de la radio nationale.

Ahmed Naït El Hocine a indiqué qu’à la place du retrait du permis, les autorités vont mettre en place un système du permis à point. Un système de notation allant de 2 à 12 points sera mis en place et ce n’est qu’au bout de la notification que le permis sera retiré pour une longue durée.

Pour l’heure, la situation reste en l’état. Le responsable de l’établissement public, qui ne dispose d’aucun moyen selon lui, se contente d’annoncer que le nombre d’accidents et celui des décès ont reculé durant les 6 premiers mois de l’année en cours par rapport à la même période de l’année dernière. Ainsi, le nombre d’accidents a baissé de 18%, selon Ahmed Naït-El Hocine. Mais celui des décès n’a reculé que de près de 8%, soit un peu plus de 350 vies épargnées.

Par contre, Naït-El Hocine a indiqué que dans la nouvelle loi portant sur la sécurité routière, qui est en débat à l’APN, les amendes qui sont prévues pour les infractions au code de la route ne seront pas plus élevées que celles qui sont en application actuellement. Cela varie de 2000 à 7000 DA, selon l’infraction.

Essaid Wakli