Les réserves de change devront s’établir entre 117 et 118 milliards de dollars en cette fin d’année, marquant l’ininterruption du processus de fonte des réserves financières du pays depuis 2014.

Faisant le point sur l’état des réserves de change, le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal, a précisé, samedi, en marge des travaux du Forum africain d’investissements et d’affaires qui se déroule à Alger, que «le maintien de ces réserves à leur niveau actuel dépend de l’amélioration des cours de pétrole, de la réduction des importations et de la poursuite de la stabilisation du dollar».

Le même responsable avait indiqué, fin octobre, que les réserves de change avaient considérablement fondus pour passer de 129 milliards de dollars en juin 2016, à 121,9 milliards de dollars à la fin septembre de la même année, soit une baisse de 7,1 milliards en l’espace de trois mois.

Selon les données fournies le 14 mars dernier par le Fonds monétaire international (FMI), les réserves de change de l’Algérie ont reculé de 43 milliards de dollars en deux ans. Ayant réussi à enregistrer un cumul de 194 milliards de dollars en 2013, ces réserves sont passées à 178 milliards en 2014, pour finir à 143 milliards de dollars en 2015.

Massi M.