Pour la énième fois, le problème de l’opacité dans la passation des marchés au sein des entreprises publiques est soulevé. Cette fois c’est Algérie Telecom qui est épinglée pour avoir tenté de favoriser une entreprise privée au détriment de l’entreprise publique CYCMA, dans le cadre d’un contrat d’acquisition de motos et de vélos.

Lançant un appel pour l’acquisition de 200 motos et 300 vélos, Algérie Telecom a reçu deux offres, celle de la société nationale CYCMA et celle de l’entreprise privée VMS. Selon Samaïn Kouadria, député PT, l’offre de la première était  plus avantageuse que celle de la seconde, puisque elle a proposé des motos à 200 100.00 DA l’unité alors que sa concurrente a avancé celui de 278 788.00 DA l’unité.

Algérie Telecom semble opter pour l’offre la plus chère. Une  attitude «douteuse», affirme M. Kouadria, d’autant plus que «CYCMA propose une meilleure garantie en terme de durée. Par ailleurs, elle dispose de 70 points de vente, ce qui constitue le double de ce que possède VMS. CYCMA, qui emploie un effectif trois fois plus important que celui de VSM, fabrique ses produits. Quant à l’entreprise VMS, elle ne procède qu’au montage de ses produits à partir de pièces importées».

M. Kouadria a souligné que la direction d’Algérie Télécom a passé outre les recommandations du ministre de Industrie, Abdeslam Bouchouareb, qui s’est engagé à assurer un plan de charge à la CYCMA, notamment via l’attribution d’un marché par Algérie Télécom. «Le ministre de l’Industrie nous a assuré officiellement en ce qui concerne ce dossier que ce Complexe (CYCMA), participe aux différentes soumissions, la dernière en date étant celle concernant l’administration d’Algérie Télécom, et que le Complexe est en attente d’une décision d’attribution du marché», a indiqué l’élu.

Massi M.