La crise que vit la compagnie nationale, Air Algérie, s’est étendue aux syndicats de pilotes. Déchirées, deux organisations sociales défendant en principe les mêmes droits des pilotes de la compagnie nationale se sont donnés en spectacle ces deux derniers jours sur fond de problèmes internes à la compagnie.

 Le premier à avoir ouvert les hostilités et le syndicat des pilotes de lignes algériens (SPLA). Ce dernier met en cause la fiabilité des appareils d’Air Algérie. Il a également mis un doigt sur la formation et le recrutement des pilotes de ligne. «Nous, SPLA, alertons une fois de plus sur l’imminence d’un accident grave, au sein de notre compagnie depuis plusieurs mois déjà, au sujet des risques qu’encourt notre compagnie.», écrit le syndicat dans un communiqué rendu public jeudi.

Le syndicat, autonome, se soulève contre ceux qui s’opposent à la formation self-sponsoring. «Comment veulent-ils profiter des congés alors qu’ils sont en sous-effectif, et qu’ils refusent le recrutement des pilotes formés en selfs-sponsors? Ils pourraient faire gagner du temps et de l’argent à la compagnie en formation.», s’interroge le syndicat.

De son coté, le syndicat de pilotes, affilié à l’UGTA, PNT-UGTA, s’insurge contre les critiques portées à l’encontre de la compagnie aérienne. « C’est avec étonnement et surprise que nous avons découvert dans les quotidiens nationaux les tirs groupés contre Air Algérie. Nous, syndicat UGTA-PNT, majoritaire du collectif des pilotes, désavouons et nous nous démarquons de ces sorties médiatiques qui remettent en cause la sécurité des avions et la  pérennité de la compagnie », indique un communiqué de ce syndicat, visiblement outré. « Bien que certains problèmes socioprofessionnels des pilotes, ne datant pas d’aujourd’hui, subsistent encore, nous sommes étonnés quant au choix du  timing et de la conjoncture précise pour les faire resurgir. Ces problèmes trouveront leur solution à l’intérieur de la compagnie », ajoute le syndicat, affilié à la Centrale syndicale. Cette nouvelle polémique s’ajoute donc aux différentes difficultés que vit Air Algérie depuis un certain moment.

Essaïd Wakli