blank

Le ministère des Affaires étrangères a rendu public, ce jeudi, un communiqué en réaction au «travel warning» mis à jour par le département d’État américain classant l’Algérie parmi les pays potentiellement dangereux pour ses ressortissants. Pour le département de Ramtane Lamamra, les Etats-Unis continuent de « percevoir la situation en Algérie à travers des prismes déformants ».    

Le MAE affirme que le département d’État américain continue «à percevoir la situation sécuritaire en Algérie à travers des prismes déformants et des clichés désuets ne reflétant pas la réalité », pourtant, ajoute-t-il, «la sécurité de l’Algérie est structurellement et durablement établie grâce à la politique de réconciliation nationale prônée par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et au lourd tribut que l’Algérie a payé pour défaire le terrorisme, ainsi qu’à la mobilisation et à la vigilance de tous les instants dont continuent de faire preuve l’Armée nationale populaire et les corps de sécurité sur toute l’étendue du territoire national».

Le département d’État américain a mis à jour le 13 décembre son « travel warning » comprenant une liste de pays où les citoyens américains encourraient un certain nombre de risques, à la tête desquelles l’enlèvement. Le département d’État fait savoir aux ressortissants américains qu’il est potentiellement dangereux pour eux de circuler dans les régions Sud et Est de l’Algérie ainsi que dans les régions «isolées de Kabylie».

Visiblement irritées, les autorités algériennes affirment que «tous les messages unilatéraux poursuivant l’objectif vain d’assurer des protections sélectives et aboutissant à distendre les liens de partenariat et d’entraide face au fléau du terrorisme sont contre-productifs et malvenus».

 Massi M.

 

 

 

 

 

Article précédentLiberté d’expression/ Amnesty international réclame la libération du journaliste Hassan Bouras
Article suivantVidéo. « Si tu continues sur ce ton, je t’écrase »/ Le jour où Poutine a mis K.O Nicolas Sarkozy