La grippe H1N1 a tué au moins 3.205 personnes depuis l’apparition du nouveau virus en mars-avril, a annoncé vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cela représente une augmentation de 368 décès par rapport au précédent bilan publié il y a une semaine par l’organisation. Et c’est la première fois que le chiffre dépasse la barre des 3.000 personnes infectées par la grippe H1N1.

Le virus H1N1 « continue d’être le virus grippal dominant en circulation, aussi bien dans l’hémisphère nord que dans l’hémisphère sud », a indiqué l’OMS dans un communiqué.

En moyenne, 76,10% des nouveaux cas de grippe signalés dans le monde sont dus au virus H1N1, selon les données communiquées à l’OMS. Ce chiffre n’était que de 61% la semaine dernière.

Si dans les régions tempérées du sud, l’activité grippale continue de diminuer, dans les régions tempérées de l’hémisphère nord l’activité est « variable », relèvent les experts.

« Aux États-Unis, des augmentations régionales de l’activité grippale sont signalées, en particulier dans les États du Sud-est. La plupart des pays européens signalent une activité faible ou modérée de la maladie, mais certaines parties de l’Europe de l’est commencent à signaler des hausses d’activité » grippale, précise l’OMS.

Article précédent"11 septembre, les vérité cachées". Entretien avec Éric Raynaud
Article suivantLa 4e édition du festival national de théâtre comique en octobre à Médéa