Logement : les souscripteurs AADL convoqués dans 10 jours

0
AADL-ALGERIE
Advertisement

Les responsables de l’AADL vont commencer à convoquer les nouveaux souscripteurs AADL  dans 10 jours. L’annonce a été faite par le ministre de l’Habitat et de l’urbanisme, Abdelamadjid Tebboune à partir de Adrar où il a accompagné le Premier ministre.

Abdelamdjid Tebboune ainsi conforté les déclarations de Elyès Benidir, Directeur général de l’AADL qui a confirmé que ses services vont demander, dès la semaine prochaine, aux souscripteurs AADL de compléter leurs dossiers.

Le premier responsable du secteur de l’Habitat n’a pas précisé si les convocations sont synonymes d’un accord définitif. Et les tris que les responsables sont entrain d’effectuer ne suffisent apparemment pas pour parvenir à une liste bien assainie.

Plus de 700 000 citoyens ont déposé des dossiers en vue d’obtenir un logement locatif dans le cadre de la formule location-vente. Le nombre de demandes est de 3 fois supérieur à l’offre qui n’est que de 230000 unités. Mais parmi ces demandes, les autorités ont déjà découvert plusieurs tricheries. A commencer par des doubles inscriptions et de fausses déclarations.

La wilaya d’Alger a à elle seule devra construire près de 90 000 logements de type location-vente. Le reste des logements est réparti sur les 47 autres wilayas. La grande différence de cette nouvelle vague est que toutes les wilayas sont concernées, tandis qu’en 2001 et 2002, seules dix départements avaient été touchés.

12 ans après le début de l’opération, des milliers de souscripteurs n’ont toujours pas pris possession de leurs logements. D’autres citoyens sont obligés de verser leurs dossiers dans la nouvelle formule.

Pour accéder au logement AADL, le citoyen (ou le ménage) doit avoir un revenu mensuel régulier oscillant entre 24000 et 108000 Dinars. Le citoyen ne doit avoir jamais bénéficié d’une quelconque aide de l’Etat.

Essaïd Wakli

Article précédentINFOGRAPHIE. Intégrer une école de commerce avec Talent Up !
Article suivantTRIBUNE. Vice-présidence de la République : Les intentions tues de Amar Saadani