blank

Cela fait désormais un mois que 223 lycéennes nigérianes sont retenues par les islamistes armés du groupe Boko Haram, qui ont revendiqué l’enlèvement lundi 5 mai. Sur les 276 filles kidnappées le 14 avril dans le dortoir de leur école à Chibok, dans le nord-est du pays, seules 53 ont pu recouvrer la liberté en s’enfuyant.

Comment le groupe Boko Haram a-t-il enlevé les lycéennes ?

Des hommes armés, vêtus de treillis militaires, ont pris d’assaut, le 14 avril au soir, l’internat du lycée de la ville de Chibok, dans l’Etat de Borno (nord-est du pays), mettant le feu à plusieurs bâtiments avant de tuer un policier et un soldat et de pénétrer dans l’établissement. Ils se sont fait passer pour des soldats venussécuriser l’école, avant d’obliger les lycéennes à en sortir. Ils les ont fait monterdans des camions puis se sont enfoncés dans la forêt de Sambisa, connue pourabriter des camps fortifiés de Boko Haram.

Un rapport d’Amnesty International affirme que l’armée nigériane avait été informée de l’imminence d’une attaque de Boko Haram contre le lycée de Chibok le 14 avril, mais n’avait pas réagi faute de moyens.

Lire la suite sur Le Monde

Article précédentRevue de presse. Le réalisateur suédois d’origine algérienne Malik Bendjeloul est décédé
Article suivantKarim Chérif : « Il n’y a pas de tourisme sans hôtels mais il n’y a pas aussi d’hôtels sans tourisme »