Sétif a renoué avec la violence. La paisible région de Ain Azal, distante de 30 Km du chef-lieu de wilaya de Sétif, a été le théâtre, mardi, de violences qui ont opposé de jeunes manifestants aux policiers suite à la mort d’un jeune touché par balle par un policier. La victime serait poursuivie pour trafic de drogues, selon des journalistes locaux.

La mort du jeune homme a suscité une réaction violente de la part de ses amis qui par vengeance ont décidé de saccager des édifices publics. Ils se sont violemment attaqués à un hôpital de la ville provoquant la mort au moins d’un malade à qui ils ont débranché les appareils de respiration, selon des sources locales.

Pour tenter d’apaiser la situation, le Directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, a « ordonné » une enquête, selon la police. Cette dernière explique que « ses services ont procédé à la surveillance des individus suspects », lesquels ont vite remarqué la présence de deux policiers et arrêté leur véhicule pour barrer la route à celui des policiers », rapporte l’APS. La même source ajoute que L’accident s’est produit lorsqu’un « individu dudit groupe, un repris de justice, s’est jeté sur un des deux policiers pour lui prendre son arme, c’est alors qu’une balle perdue l’atteint à la poitrine ».

« Un rapport préliminaire a été remis au Procureur de la République qui a décidé de placer le policier en question à la disposition des juridictions compétentes pour le parachèvement de l’enquête », précise encore la DGSN. Le personnel hospitalier a quitté l’établissement par peur de représailles. La situation est redevenue calme ce mercredi.

Essaïd Wakli