L’Algérie veut exploiter toutes ses ressources énergétiques pour assurer l’avenir “des générations futures”

Les autorités algériennes sont déterminées à exploiter toutes les ressources énergétiques. Que ces ressources soient conventionnelles ou non conventionnelles, renouvelables ou alternatives, il est impératif de les exploiter toutes pour assurer l’avenir “des générations futures”, a expliqué jeudi le Ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, aux députés de l’APN. D’après Youcef Yousfi, il est nécessaire, et même urgent, d’adopter la nouvelle loi sur les hydrocarbures qui permettra de protéger “l’avenir des générations futures” à travers  “la mise en place des moyens nécessaires pour garantir le bien-être et la prospérité de ces générations”, assure le ministre qui n’a pas manqué de rappeler aux députés leurs responsabilités dans l’accomplissement de cette importante mission.

Seules les ressources énergétiques pourront mettre l’Algérie à l’abri du besoin, croit savoir Youcef Yousfi qui signe et persiste : l’Algérie compte bel et bien exploiter ses ressources en gaz de schiste. “A l’horizon 2030, notre consommation en produits énergétiques se chiffrera entre 80 et 85 milliards de dollars par an. Si nos ressources conventionnelles venez à tarir et si nous décidons de ne pas exploiter les hydrocarbures conventionnels, comment pourrions nous régler cette facture sans un niveau acceptable d’exportations d’hydrocarbures”, a expliqué Youcef Yousfi pour défendre l’option de l’extraction du gaz de schiste, un mode d’extraction qui représente un grand danger pour l’environnement. Mais un danger auxquelles les autorités ne donnent aucun crédit puisque le ministre de l’Energie a affirmé clairement que “nous devons ignorer les propos de ceux qui polluent le monde et nous demandent ensuite de préserver l’environnement”. “L’Algérie n’est pas responsable de la pollution qui touche le monde”, a-t-il poursuivi.

Rien ne fera donc reculer l’Algérie qui a décidé de se lancer dans l’exploration et exploitation du gaz de schiste. Les autorités se frottent d’ores et déjà les mains au regard des réserves importantes que recèle notre pays. D’ailleurs, à ce sujet, Youcef Yousfi n’a pas manqué de souligner que les réserves de l’Algérie en gaz de schiste sont inépuisables et s’étalent “de Timimoune (Adrar) à In Salah (Sud-est) outre des poches à Tindouf et à Illizi” avec une rentabilité d’environ 1,5 milliards de m3 de gaz par kilomètre. “C’est un taux important”, s’est-il réjoui. D’autre part, “prés de 25% des réserves du champ de Hassi Messaoud- le plus grand gisement d’hydrocarbures en Algérie – peuvent être extraits par des techniques conventionnelles. Jusqu’à aujourd’hui nous avons exploiter 13% de ces réserves alors que nous ne pouvons exploiter le reste que par des techniques non conventionnelles”, a-t-il encore expliqué en balayant d’un revers de la main les probables “effets néfastes sur l’environnement”.

17 comments

Après rab-dzair, c’est Rebrab, rab-elkbael par Sami*
1ière partie
Rabrab : une fortune 3,2 milliards bâtie sur la corruption et le trafic des déchets ferreux et non ferreux
Un crime dans son sens large est un manquement très grave à la morale, à la loi et, lorsqu’on bafoue les lois de la République et qu’on lèse le citoyen quant à ses droits et ses intérêts en attentant à l’économie nationale, l’on se rend coupable des pires délits. L’empire Rebrab, dans son essor, n’aura lésiné ni sur les moyens ni sur les méthodes. Le mode opératoire suit une rigoureuse logique dans cette soif d’argent et de pouvoir.
Au départ trois hommes : Issad Rebrab, Chetih Messaoud et Yahia Nazef (alors directeur central de la métallurgie au ministère de l’Industrie) voulaient avoir la main- mise sur tous les produits ferreux. S’entend par ferreux la ferraille destinée au recyclage et à la production du rond à béton et des profilés. Le trio, par la suite, s’agrandira d’une quatrième personne qui n’était autre que le directeur commercial de la société ENICAB, laquelle agissait dans les non ferreux, les déchets de cuivre à l’exportation, l’achat de câbles à l’étranger ainsi que dans la production de câbles etc…suite

Democratie de l autruche que se doit se clamer l etat algerien de bouteflika. Les elections presidentiel dont est issue le president ne sont de 100% pour museler toute allegation faote a son encontre. Il a ete elu qu a la majorite pour ne pas dire impose malgrele peuple a hauteur de 10 million de votant et 11 million restant on le droit de critiquer de hue le prsident surtout quand il souille l honneur de40 million d’Algeriens, quand il humilie tot un peuple devznt les nation.
Le presodent est malade qu il se tepose en paix

Je soutiens chakib Khelil et pour avoir travaille au ministere de l’energie, je suis mieux place que vous tous pour juger que c’est un homme integre, travailleur et honnete. il est innocent alors laisser le tranquille.

La meilleure maniere de prouver cette “integrité” et cette innocence c’est de se presenter à la justice et de les defier si necessaire.

Il a besoin d un telethon ..chakib…il veut la posterite…le tranhumanisme ..l immortalite…ainsi soit il…il est plus gros que la vie…plus grand que ses propres sens……les autres ,,son clan ..sont genitiquement semblables….socialement schizo..et vivent mentalement un veritable chaos des sens…..le reste tout le monde s en fout….

J ai eu l occasion de travailler avec chakib Croyez moi wallahi c est un type tres competent, pas regionaliste, tres respecte par les experts en petrole. Je ne Peux pas imaginer qu il avait voler. D ailleurs la justice italienne n a rien trouve contre lui. A ceux (Hanoune et Nekkaz )qui disaient avoir des preuves, qu ils les rendent publiques.

c’est la planète de la déprédation, du désordre, de la pagaille, de la fourberie,de la fraude, du gachis,du gaspillage…

A celui qui défend cet individu, je dirais mon ami tu est atteint par le syndrome de Stockholm.
Le petit khemass qui défend ses Maîtres Colons.

“grâce à la détermination d’une équipe soignante qui s’est distinguée par son sens de l’humanisme et de la compassion” quel humanite apres 20 ans de soufrance.

En ce moment il est plus facile d’acquérir un hôtel avec une licence déjà en fonctionnement à Barcelone que de construire un nouveau projet hôtelier en raison de la suspension des licences hôtelières accordées par la mairie ainsi que du moratoire sur les licences touristiques.

Laisser un commentaire

*