Gouvernement : Bouteflika fait le ménage et vire dix ministres

C’est officiel ! L’Algérie a un nouveau gouvernement. Après un immobilisme qui a duré pendant presqu’une année, le pouvoir  a décidé enfin de sévir. Malade, diminué, Bouteflika a surpris tout le monde en se débarrassant de plusieurs ministres emblématiques.

En effet, cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un simple remaniement. Ce n’est plus un petit “lifting”. C’est bel et bien le grand ménage. Ni Dahou Ould Kablia, ni Mourad Medelci, ni Chérif Rahmani, ni Abdelaziz Ziari et ni Rachid Haraoubia. Ces ministres ont occupé des fonctions au gouvernement depuis plusieurs années. Certains sont au gouvernement depuis si longtemps que les Algériens se sont habitués à leur présence. C’est comme s’ils ont hérité de leur portefeuille ministériel de la part de leurs familles. En dépit de leur bilan catastrophique, ces ministres ont résisté auparavant aux divers remaniements. Désormais, les vents du changements étaient plus forts. 10 ministres ont été débarqués. 10 ministres qui occupaient des postes stratégiques comme Mourad Medelci et Dahou Ould Kablia. Des ministres qu’on a longtemps présenté comme étant des proches et intimes d’Abdelaziz Bouteflika.

Décidément, l’amitié ne dure pas et les affinités ne sont pas un critère politique à prendre très au sérieux. 10 ministres sont donc mis à la porte donc 5 sont issus du FLN, le parti historique au coeur des scandales de fraude et de corruption depuis l’élection de Saïdani à la tête de son appareil politique. Que s’est-il donc passé ? Est-ce l’heure du changement a sonné en Algérie ? Il ne faut certainement pas s’enthousiasmer car le gouvernement de Sellal II n’offre pas réellement des garanties de performance et de transparence. Deux anciens walis deviennent ministres alors que leur bilan à la tête de leur wilaya n’est pas forcément reluisant.  Des ministres cités dans des affaires de corruption et de détournements de deniers publics ont été maintenus à l’image d’Amar Ghoul. Ceci dit, ce remaniement demeure historique non seulement de part son ampleur, mais par sa dimension politique. Il survient à quelques mois de l’élection présidentielle. Un contexte politique ô combien important. Un contexte qui pourrait expliquer pourquoi un homme aussi important et puissant qu’Abdelmalek Guenaizaia a été viré. Tout indique enfin que nous assistons à une recompositions des rapports de force qui font l’architecture du régime algérien. Reste à savoir si Bouteflika sortira affaibli ou renforcé de ce nouveau épisode. Pour l’heure, il est encore tôt pour le savoir…

5 comments

bonjour M Abdou Semmar
Ce que vous semblez probablement ignorer sur ce partenariat Asmidal/Grupo Vilar Mir c est qu il prevoyait la réalisation en DZ d une usine d ammoniac par Fertial et dont la capacité devait être de 3300 T/jour soit celle des 3 unités d ammoniac existantes.Ce projet n a jamais vu le jour malgre
– l établissement d un cahier de charges
– le lancement d un appel d offres
et en raison de l aval de SH quant a la contractualisation d une convention portant livraison de gaz a la nouvelle usine
Les pouvoirs publics ont préféré creer une autre joint venture relative au meme projet mais liant SH a une filiale de Grupo Vilar Mir soit Fertiberia plutôt que de laisser le projet se réaliser par Fertial. Ce qui fut fait sans que cela ne dépasse cependant la constitution de la société.
Pour mémoire le projet a été inaugure en 2008 a Arzew par le président Bouteflika et et le Roi d Espagne; sans suite a ce jour.
Le partenariat signe par Asmidal et GVM sous l égide du CPE – présidé alors par Ouyahia- prévoyait la réalisation de la mega usine par Fertial et devait être finance partiellement par les dividendes genere de l exploitation des usines de Fertial de 2005 a 2008. Faute d avoir retenu le schema initial les dividendes correspondants ont du être verses des 2009 aux actionnaires.
comme quoi nos dirigeants ne respectent pas les accords passes et meme s ils les revoient peut etre dans l intérêt du pays ne daignent pas statuer consensuelle ment sur la nouvelle situation de manière a trancher définitivement sur le projet.
Bigre un projet inaugure Boutef et le Roi d espagne en 2008 et dont on ignore le sort encore aujourd hui

bonjour M Abdou Semmar
Ce que vous semblez probablement ignorer sur ce partenariat Asmidal/Grupo Vilar Mir c est qu il prevoyait la réalisation en DZ d une usine d ammoniac par Fertial et dont la capacité devait être de 3300 T/jour soit celle des 3 unités d ammoniac existantes.Ce projet n a jamais vu le jour malgre
– l établissement d un cahier de charges
– le lancement d un appel d offres
et en raison de l absence d l aval de SH quant a la contractualisation d une convention portant livraison de gaz a la nouvelle usine
Les pouvoirs publics ont préféré creer une autre joint venture relative au meme projet mais liant SH a une filiale de Grupo Vilar Mir soit Fertiberia plutôt que de laisser le projet se réaliser par Fertial. Ce qui fut fait sans que cela ne dépasse cependant la constitution de la société.
Pour mémoire le projet a été inaugure en 2008 a Arzew par le président Bouteflika et et le Roi d Espagne; sans suite a ce jour.
Le partenariat signe par Asmidal et GVM sous l égide du CPE – présidé alors par Ouyahia- prévoyait la réalisation de la mega usine par Fertial et devait être finance partiellement par les dividendes genere de l exploitation des usines de Fertial de 2005 a 2008. Faute d avoir retenu le schema initial les dividendes correspondants ont du être verses des 2009 aux actionnaires.
comme quoi nos dirigeants ne respectent pas les accords passes et meme s ils les revoient peut etre dans l intérêt du pays ne daignent pas statuer consensuelle ment sur la nouvelle situation de manière a trancher définitivement sur le projet.
Bigre un projet inaugure Boutef et le Roi d espagne en 2008 et dont on ignore le sort encore aujourd hui

Bonjour, je suis un algérien qui vit en algérie, j’ai bientôt 15 ans et je suis en seconde , pour ma part, depuis ma naissance j’ai appris à parler le français comme langue principale, et même concernant ma scolarité, je pense que au contraire, c’est plutôt l’arabe qui me pose problème, après, je dirais quand meme qu’une langue doit être acquise avant l’age ou une personne commence à former sa personnalité pour la parler très bien, mais après comme vous le dites ce sera du “bricolage” , mais bon, je ne peux pas savoir comment fonctionne l’apprentissage du français, car je parle principalement français donc je n’arrive pas a imaginer comment serait quelqu’un qui ne parle pas français, par exemple moi , j’ai commencé apprendre l’anglais a l’age de 10-11 ans et jusqu’à maintenant je ne m’imagine pas parler anglais comme principale langue.

Donc ce que je veux dire, c’est qu’il est vraiment difficile de faire des études dans une langue non-principale, mais pour notre part en algerie, je pense que c’est la faute à la mentalité collective des algeriens qui sont complexés, quelqu’un qui parle français ou qui est francophone est directement mal jugé de la part des algériens (pas tous), ces mots à caractère péjoratif tel que “anouch” “tchitchi” , sont la principale preuve du rejet de la langue française en algerie, dans tout ce que j’ai écris dans ce commentaire, j’insiste sur la partie ou je vous précise comment l’esprit collectif des algeriens juge les francophones.
Bref, cette catégorie qui représente 80% des algériens ne changera jamais

je suis binational mes parents sont algériens ,je suis algérien je suis né en France donc français . L’Algérie nous a clairement abandonné En nous refusant le droit d’accéder à des autres responsabilités .Alors les Sofiane Feghouli peuvent cracher sur la France mais elle au moins n’a pas fait une loi qui nous interdit d’accéder aux hautes responsabilités en France..Comment voulez-vous qu’on vienne investir dans ce pays

Alors Mr Khanfri occupe toute la page, et il est hors sujet en plus.
Oui boutef et sa famille sont venus pour rester. Il n’y aura pas de cinquieme 3ouhda mais l’etablissement d’un royaum la boutefstan. S’il y avait des hommes en Algerie, ils ne se feraient pas gouverner par des fagots.
Les algeriens ont ete toujours avec celui qui est debout, celui qui porte la casquette contre le plus faible. Ils sont pleins de duplicite, ils parlent dans le dos. Mais jamais solidaire des autres. Ce sont des electrons libres et non gragaires. Si on n’est pas gregaire, on ne forme pas une societe. Ils sont cruels et durs envers les femmes et les enfants. Depuis 60 ans, maintenant on n’a pas vu un zorro pour proteger la veuve et l’orphelin. Ils passent devant les sans-logis sans les voir. Boutef est un monstre et il va bien a une societe monstre. Vous le meritez, bon courage a vous.

Laisser un commentaire

*