Anila Daulatzai, enseignante au prestigieux Maryland Institute College of Art, a été filmée alors qu’elle se faisait violemment expulser d’un avion de la compagnie américaine, Southwest Airlines. Son tort: être musulmane. La scène qui s’est déroulée le mercredi 27 septembre est devenue virale sur les réseaux sociaux, provoquant un véritable scandale aux États-Unis.   

Face au tollé médiatique, la compagnie en question a essayé tant bien que mal de justifier cet acte. Il était, cependant, difficile de nier les faits, car une vidéo de la scène a été tournée au moment de l’intervention des policiers. Dans sa déclaration, la compagnie a indiqué que ses employés sont intervenus pour sauver la vie de Mme Daulatzai souffrant d’une forme très grave d’allergie et que cette dernière a refusé de descendre de l’appareil alors qu’elle faisait une crise, a rapporté le quotidien britannique The Independent jeudi.

Réfutant la version livrée par le porte-parole de la Southwest Airlines, les avocats de Mme Daulatzai ont affirmé que leur cliente a été soumise à un traitement discriminatoire parce qu’elle était musulmane. «Mme Daulatzai, a été maltraitée, interrogée, intimidée et détenue sans raison valable», ont-ils indiqué, ajoutant qu’à aucun moment leur cliente n’a évoqué une forme grave d’allergie et que cette dernière avait seulement demandé à changer de siège pour s’éloigner de deux chiens qui se trouvaient à bord de l’avion et qu’elle était allergique aux poils de ces bêtes.

Dans une déclaration, un représentant de  la police des transports de l’État du Maryland, la Maryland Transportation Authority Police, a indiqué que «malgré sa tentative claire de résister à un policier, Mme Daulatzai a été retirée professionnellement de l’avion», chose que la vidéo dément formellement.

Cependant l’incident ayant eu lieu la semaine dernière n’est pas un cas isolé. En décembre 2016, le Youtubeur Adam Saleh, un New-Yorkais d’origine yéménite, s’était vu contraindre de descendre d’un vol de Delta Airlines parce qu’il parlait arabe. Le 11 avril dernier, un passager d’origine coréenne avait été molesté par des agents de sécurité. Des gestes interprétés comme racistes par de nombreux internautes, qui notent que ce sont souvent les minorités qui sont victimes de violences à bord.

M.M.