La Grande Mosquée de Paris s’étonne des déclarations récentes de M. Jean-François Coppé, Secrétaire général de l’UMP, à propos de la « Khùtba » (prône du vendredi) en langue française. Celle-ci fait partie intégrante de la liturgie solennelle musulmane en langue arabe (langue du Coran) le jour du vendredi dans les mosquées.

Nous rappelons que de nombreux cultes en France sont pratiqués dans leurs langues : l’allemand, le latin, le russe, l’hébreu, le grec, l’arménien, etc. Ces liturgies dans des langues autres que française, considérées comme partie intégrante de l’exercice du culte, ne peuvent souffrir d’une ingérence de l’Etat conformément à la loi de 1905.

Il s’agit là, en réalité, d’une récurrence rampante d’un gallicanisme remontant à l’ancien Évêque de Meaux (Jacques-Bénigme Bossuet / 1627- 1704) qui, dans quatre articles, prônait la soumission de l’Eglise au Roi Louis XIV.

Ce gallicanisme a provoqué en son temps une réaction des Ultramontains qui ne cessa qu’en 1871 avec la décision de l’infaillibilité pontificale. Cette tradition gallicane fut enterrée avec l’avènement de la loi de 1905 sur la laïcité. Faudra-t-il la ressusciter en 2011 pour l’Islam et les musulmans ?

Recteur Dalil Boubakeur