Les chiffres rendus publics sur le site de la direction générale de la  prévision et des politiques (DGPP) du ministère des finances révèlent que les recours aux avoirs du Fonds de régulation des recettes ont doublé entre 2010 et 2011.

Le bâtiment du FRR/DR

Les prélèvements effectués dans le fonds de régulation des recettes (FRR) ont servi exclusivement à financer le déficit budgétaire des années précédentes. Le FRR avait été estimé à la fin 2011 à 5381,7 mds de DA, soit 37% du Produit Intérieur Brut (PIB). Par rapport à 2010, les recettes ont subies une augmentation de 538,9 milliards de dinars et 2300 milliards de fiscalité pétrolières ont été reversées au Fonds de régulation des recettes.

Un déficit inquiétant

Le déficit budgétaire a atteint en 2011, le montant de 2.255,8 milliards de dinars, soit près de 15,4% du PIB. La dépense publique ne fait que s’accroître avec une totalité des montants puisés dans le FRR qui n’ont servi qu’au financement du  déficit du Trésor. L’augmentation des  prélèvements est de 1000 milliards par rapport à 2010. Entre 2000-2009, les prélèvements du FRR avaient également servi à rembourser la dette publique et les avances de la Banque d’Algérie.

Myriama Mokdahi