L’Algérie a décidé de ne pas accorder de nouvelles autorisations aux investisseurs privés dans le secteur du transport aérien et maritime.

/ DR

C’est le ministre des Transports, Amar Tou,  qui a confirmé cette information en estimant que « la situation actuelle du marché » ne permet pas l’ouverture du transport maritime et aérien au privé.  Cependant, en marge de la présentation du plan d’action du gouvernement devant le conseil de la nation, Amar  Tou,  a indiqué que son département recevait régulièrement des demandes pour l’obtention d’autorisation d’exploitation dans le secteur aérien et maritime.

 Mais malgré ces manifestations d’intérêt,  l’ouverture du secteur n’était pas, pour le moment, à l’ordre du jour, a-t-il relevé. Cette décision « s’inscrit, selon lui, dans le cadre de la politique générale de transport, en tenant compte des intérêts du pays dans les secteurs stratégiques », explique-t-il en dernier lieu en faisant remarquer qu’il n’existe « aucun déficit en matière de transport aérien et maritime des voyageurs ».

La Rédaction

Notez cet article