Le secteur ferroviaire bénéficie désormais d’une attention particulière de la part des pouvoirs publics en Algérie. De grands projets ont été lancés pour moderniser le transport ferroviaire qui accuse encore d’importants déficits. Mais cela ne décourage pas les autorités algériennes à afficher leurs ambitions. Ainsi, d’après le ministre des Transports, Amar Tou, l’Algérie envisage d’augmenter « à 200 km/heure la vitesse des trains ».

 

Pour ce faire, des investissements ont été consentis pour « moderniser le réseau ferroviaire national » et « réaliser des voies ferrées doubles sur l’ensemble du territoire national », a expliqué samedi, lors d’une visite d’inspection à Skikda, Amar Tou. Le ministre a confié également que l’Algérie cherche à  « adopter des systèmes modernes de gestion des réseaux de voies ferrées à l’exemple des appareils de localisation ».  Au cours de sa visite de travail, le ministre des Transports a également indiqué que d’ici à 30 mois, une voie ferroviaire double sera opérationnelle au nord du pays, ainsi qu’une voie unique sur les hauts plateaux. Par ailleurs, « l’Etat ne renoncera pas aux réductions de prix des titres de transport accordées depuis l’indépendance, notamment aux personnes âgées et aux familles nombreuses », a promis, en dernier lieu, Amar Tou.

Notez cet article