Les dernières élections tenues jeudi pour le renouvellement des membres des sections syndicales des 28 unités de l’entreprise ArcelorMittal Annaba ont provoqué cet après-midi, un scandale sans précédent dans la vie du complexe sidérurgique d’El-Hadjar. Des scènes d’une rare violence se sont déroulées sous les yeux de l’union locale UGTA d’El-Hadjar.

Incompréhensible. Horrible. Scandaleux. Tels sont les qualificatifs pour désigner les suites des résultats issus des urnes concernant les dernières élections visant le renouvellement  des sections syndicales du complexe sidérurgique d’El-Hadjar, dont le mandat est arrivé à terme et sans aucune conduite depuis Août dernier.

Les heureux élus, invités par l’union locale UGTA, pour signer les PV d’installation ont eu de désagréables surprises. Ils  découvert, soit que « leur noms ne figurent pas », soit que « leurs voix majoritaires ont été squattées par un autre appartenant au clan Menadi ».

S ‘ensuit alors une violente bagarre entre les sidérurgistes appartenant à deux clans, celui d’Aissa Menadi, l’actuel secrétaire général de l’union locale de Sidi Amar, et celui dirigé par Daifallah Mourad, secrétaire général du syndicat d’entreprise d’ArcelorMittal Annaba, toujours en exercice. Contacté, M. Daifallah, nous précisera que: « les travailleurs ont participé à ces élections avec l’espoir de faire élire leurs représentants auprès de la direction générale d’ArcelorMittal Annaba en vue de relancer nos revendications socio-professionnelles toujours en suspens, car l’employeur a besoin d’une représentation légitime (…) Nous avons lancé un boycott aux travailleurs pour ne pas participer à ces élections, sauf si elles sont organisées sous la surveillance de la Centrale syndicale (…).

Notre mot d’ordre n’a pas été suivi, mais quelle a été notre stupeur en découvrant que l’union locale a remplacé les potentiels vainqueurs de ces élections par des sousfifres appartenant à Aissa Menadi ». Daifallah annonce qu’un « communiqué sera diffusé dans les prochaines heures pour annoncer la démission collective de l’ensemble des élus des sections syndicales, et c’est à Sidi Saïd de réorganiser ces élections ».

A noter que Mourad Daifallah, reste le président du conseil syndical d’ArcelorMittal Annaba jusqu’à son remplacement. Coté violence, plus d’une dizaine de blessés par armes blanches, dont deux  qui sont toujours hospitalisés, entre autres B. Mounir de l’unité de Fersid et C. Tahar, cadre à la DRH.

Lu sur L’Éconews

Notez cet article