Ainsi, l’Islam serait un pays et non plus une religion, nous apprend Stephanie Banister, 27 ans, une femme politique australienne. Candidate aux élections législatives fédérales prévues en Australie pour le 7 septembre prochain, cette politicienne vient de se distinguer par sa culture générale nullissime et sa méconnaissance totale de la religion musulmane.

Et pourtant, une importante communauté musulmane est établie en Australie, ce pays qui draine chaque année de nouveaux migrants originaires du monde entier. « Je n’ai rien contre ce pays qu’est l’islam, assure la candidate dans un entretien télévisé diffusé mercredi soir, mais je pense vraiment que ses lois ne devraient pas être bienvenues ici, en Australie ». Cette déclaration a étonné de nombreux Australiens qui ont compris que cette candidate a des connaissances vraiment primaires sur l’état du monde.

http://youtu.be/6_1SFf8t-ko

En plus, Stéphanie Banister confond le mot « haram » avec le mot « Coran » puisqu’elle explique dans le même entretien qu’elle souhaite interdire la nourriture halal mais qu’elle n’a rien contre la nourriture casher. « Les juifs ne suivent pas le haram. Ils ont leur propre religion qui suit Jésus-Christ. » Mais comme le fait remarquer la journaliste, la religion juive ne reconnait pas Jésus en tant que fils de Dieu, explique à ce sujet l’édition française du Huffington Post.  Selon cette source, la candidate australienne a crié à la « manipulation médiatique » lorsqu’elle s’est aperçue que ses déclarations ont suscité la controverse en Australie. Cependant, son parcours démontre qu’elle n’en est pas à ses premières frasques contre l’Islam et les musulmans. La jeune Stephanie Banister a déjà pris part à une campagne de vandalisme anti-musulmans, et notamment d’avoir collé des autocollants « Attention! La nourriture halal finance le terrorisme » sur des produits Nestlé dans un supermarché local », indique-t-on en dernier lieu.

Notez cet article