«Sales arabes, vous n’avez rien à faire chez nous. Ici, c’est notre quartier ». Tels sont les propos hostiles qu’a tenus un groupe de jeunes issus de la communauté juive après avoir agressé, dimanche dernier, aux alentours de 18 H, à Paris, deux jeunes âgés de 17 ans d’origine algérienne.

Selon des informations rapportées par le Parisien, l’agression est survenue dimanche dernier, à 18 H, dans le centre-ville de Saint-Mandé, au Sud-Est de Paris. Les deux victimes qui étaient en train de livrer du pain à deux restaurants de cette banlieue bourgeoise ont été ciblées, dans un premier temps, par un couple en raison d’un simple échange de regards, a témoigné l’un d’entre eux.

L’agression ne s’est pas arrêtée là, puisque les deux jeunes ont été pris pour cible par plusieurs jeunes Juifs qui ne voyaient pas d’un très bon œil leur présence dans leur quartier. Yacine, l’un des lycéens agressés a témoigné, choqué, du mépris et de la violence dont ont fait preuve ses agresseurs. « Ils nous disaient : sales arabes, vous n’avez rien à faire chez nous. Ici, c’est notre quartier ».

Pourchassés par des dizaines de jeunes, les deux adolescents qui tentaient de prendre la fuite ont été victimes de plusieurs coups de poing, de pieds et de casques. Ils ont ensuite été suivis, alors qu’ils tentaient de regagner leur domicile par plusieurs jeunes à scooter près de la porte de Vincennes, nous apprend encore Le Parisien. Cette fois, et selon les confirmations d’une source policière, une trentaine de jeune prennent d’assaut les deux lycéens, au niveau de l’avenue Victor Hugo, à la frontière avec Paris (XIIe).

Les jeunes n’ont pu être épargnés qu’après le déploiement d’un important dispositif sécuritaire qui a interpellé des individus mineurs, relâché un peu plus tard faute de preuves. La police enquête actuellement sur les dessous de cette affaire, mais on imagine mal un retournement de la situation. Et si c’est le contraire qui s’était déroulé, à savoir des jeunes arabes qui prennent pour cible des adolescents juifs ? L’histoire aurait sûrement pris une tournure bien plus sérieuse. Et les médias français auraient certainement crié au scandale…