Dans un communiqué de presse, l’association espagnole CIE NO dénonce les agressions répétitives et violentes dont sont victimes des ressortissants algériens enfermés dans le Centre d’Internement d’Étrangers de Valence. L’association reproche, par ailleurs, aux représentants des autorités algériennes en Espagne leur silence face à ces violences scandaleuses. 

La condition des ressortissants algériens détenus actuellement dans le Centre d’Internement d’Étrangers de Valence est plus que déplorable, dénonce dans un communiqué de presse l’association espagnole Cie No. « Plusieurs citoyens algériens ont été violemment agressés par une dizaine de policiers espagnols qui se sont introduits dans leurs cellules. Ils se trouvent actuellement blessés, portant des plaies sur la tête ayant nécessité des points de suture, des bleus sur tout le corps et saignant du nez », dénonce ainsi CIE NO.

L’association revient surtout sur l’agression violente d’Ahmed Mostefaoui, un algérien qui était assis dans la cour du Centre d’Internement d’Étrangers de Valence. Ce ressortissant algérien a été violemment battu, à coups de matraque, par deux policiers espagnols, un homme et une femme. Et lorsque le réfugié algérien a déposé plainte pour dénoncer ses bourreaux, un autre policier espagnol l’a passé, à nouveau, à tabac en lui occasionnant une hémorragie au nez, révèle l’association CIE NO dans un communiqué parvenu à notre Rédaction.

Dénonçant le mauvais traitement réservé exclusivement aux ressortissants algériens, l’association déplore aussi le silence de la diplomatie algérienne qui demeure passive vis-à-vis de ces dépassements portant atteinte aux droits de l’homme. Des dépassements qui demeurent toujours impunis en Espagne.

CIE NO fait savoir aussi qu’une année après la visite du vice-consul algérien à Alicante, Oussama Hamed Salhi, aux installations du Centre d’Internement d’Étrangers de Valence en octobre 2013, la situation ne s’est toujours pas encore arrangée pour les réfugiés algériens. Le silence des responsables algériens face à ces atteintes à l’intégrité de leurs ressortissants indigne l’association espagnole qui se mobilise toute seule pour protéger les droits des algériens. Des droits qui continuent à être bafoués.

Aujourd’hui, l’association appelle les autorités algériennes en Espagne à prendre en charge la sécurité de leurs ressortissants continuellement agressés au Centre d’Internement d’Étrangers de Valence. « Plusieurs quotidiens espagnols ont relevé le nombre croissant d’agressions à l’encontre des réfugiés algériens et pourtant les diplomates algériens en poste en Espagne demeurent indifférents», souligne cette association selon laquelle ces réfugiés enfermés dans des centres de détention ne sont coupables d’aucun délit. Et pourtant, ils sont traité comme des délinquants juste parce qu’ils n’ont pas leurs papiers en règle.