Les polémiques et autres scandales liés à la gestion des cités AADL ont abouti à la mise à l’écart de Djamel Eddine Taibi, DG de l’entreprise Gest-Immo, chargée de ce volet.

C’est le directeur général de l’AADL, Mohamed Tarek Belaribi, qui a mis fin à ses fonctions sur instruction de la tutelle. Une décision prise suite aux conclusions d’un rapport qui a révélé une «négligence flagrante», des «trous financiers» et globalement "une mauvaise gestion" des cités AADL. A signaler, à ce titre, que Gest-Immo est une filiale de l’AADL.

Advertisement

Des dizaines d’habitants de ces cités n’ont cessé, depuis des années, de s’insurger contre une telle gestion: des ascenseurs souvent en panne ou des gardiens qui ne s’acquittent pas de leurs tâches en toute impunités. Il y a aussi des problèmes liés à l’hygiène ou au stationnement (parkings).

Du côté de l’Agence, la solution envisagée consiste à associer à Gest Immo des entreprises de jeunes créées dans le cadre du dispositif Ansej. D’ailleurs, une réunion entre le DG de l’AADL et celui de l’Ansej se tiendra très prochainement pour évoquer cette question.

L’AADL tient cependant à rassurer les employés de Gest Immo que l’entreprise ne sera pas dissoute comme ça a été rapporté ça et là depuis plusieurs semaines. Il s’agit beaucoup plus, indique-t-on, d’une association entre celle-ci et des entreprises Ansej nouvellement créées.

Elyas Nour