2016 sera une année difficile, très difficile pour les ménages algériens. Et pour cause, les autorités algériennes envisagent d’instaurer des augmentations drastiques dans plusieurs secteurs. C’est du moins ce que prévoit l’avant-projet de Loi de finances pour 2016 préparé par les experts du ministère des Finances. Une première mouture de cet avant-projet a été examiné, mercredi après-midi, par un Conseil du gouvernement présidé par Abdelmalek Sellal, le Premier ministre. 

Les informations rapportées par nos confrères du quotidien en ligne Tout sur l’Algérie, nous ont été confirmées par plusieurs sources proches du gouvernement. Ainsi, cet avant-projet comporte des mesures drastiques qui vont changer radicalement le mode de vie des Algériens. Nos sources sont unanimes : le prix du gasoil sera augmenté et sera porté à 14.98 au lieu de 13,70 dinars actuellement, soit une augmentation de plus d’un dinar par litre. C’est une très mauvaise nouvelle pour les automobilistes qui roulent au diesel car cette augmentation signifie que le prix du plein pour un véhicule diesel pourrait subir une augmentation dépassant au moins les 50 Da. Abderrahmane Benkhalfa et ses conseillers ont encore proposé d’augmenter de manière significative le prix de la vignette automobile dont le prix sera fixé à 10 000 DA pour certains véhicules de moins de trois ans. La vignette sera portée à 6 000 DA pour les véhicules compris entre trois et six ans. Pour ceux entre 6 et 10 ans, le prix de la vignette tournera autour de 4000 Da.

Le ministère des Finances s’est attaqué, par ailleurs, à de nombreux autres secteurs comme celui de l’Internet 3G. A peine lancée en Algérie, l’accès à la 3 G sera soumis à une TVA de 17 %. Ce qui va occasionner de sérieuses augmentations des prix des abonnements à la 3G dont les forfaits en Algérie sont déjà considérés comme parmi les plus chers dans la région du Maghreb et dans le monde. Ainsi, le forfait acheté aujourd’hui à 1000 Da par exemple, coûtera en 2016, entre 1100 et 1170 Da.

Même l’électricité sera augmentée à compter d’un certain seuil de consommation. A partir de 125 kilowatt/h (kwh), le citoyen payera pratiquement 10 % plus cher sa facture d’électricité. De nombreuses taxes, dont la valeur oscille entre 40 et 60 %, seront aussi imposées à des produits importées comme les bananes ou les ananas, les 4X4 et autres voitures de luxes.

Cet avant-projet sera prochainement transmis au Conseil des Ministres pour  adoption. Il passera ensuite au Parlement pour être débattu et voté par les députés. Une simple formalité au vu des traditions algériennes en a matière.

En 2016, presque tout va donc augmenter sauf… nos salaires.